/news/currentevents
Navigation

103 000$ de vandalisme par une centaine de fêtards

Un couple de Repentigny poursuit son assureur qui tarde à les indemniser

La résidence d’Yvan Laurin et de Nathalie Pimparé, située dans un quartier tranquille de Repentigny, a été saccagée par plus d’une centaine de jeunes lors d’une fête qui a dégénéré en août 2016.
Photo d'archives, Chantal Poirier La résidence d’Yvan Laurin et de Nathalie Pimparé, située dans un quartier tranquille de Repentigny, a été saccagée par plus d’une centaine de jeunes lors d’une fête qui a dégénéré en août 2016.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir vu leur maison saccagée par une centaine de jeunes lors d’une fête qui a dégénéré, un couple de Repentigny poursuit pour 103 000 $ sa compagnie d’assurance qui tarde à les indemniser.

Yvan Laurin et Nathalie Pimparé se sont retrouvés dans un véritable cauchemar la nuit du 4 août 2016, lorsqu’ils ont appris que leur résidence avait été assiégée par des fêtards, relate une poursuite déposée récemment en Cour supérieure.

En Floride

Le couple, qui a préféré ne pas répondre aux questions du Journal sur les conseils de leur avocat, se trouvait alors dans sa maison secondaire, en Floride.

Selon nos informations, l’un des deux garçons du couple avait organisé une soirée chez lui avec une poignée d’amis pendant l’absence de ses parents.

Or, le mot a circulé sur les réseaux sociaux et près de 150 personnes, dont plusieurs inconnus, se sont présentées à la fête.

Prévenus, les parents ont alors alerté les policiers locaux à partir de la Floride. Ceux-ci sont intervenus pour évacuer la demeure, mais le mal était fait.

Dommages importants

À leur retour au Québec une semaine plus tard, le couple a constaté l’ampleur des dégâts, s’élevant à 103 000 $, selon leurs estimations. C’est ce montant qu’il réclame à L’Unique assurances générales.

« [Les jeunes] ont envahi, saccagé et vandalisé l’immeuble, son contenu, sa piscine et son spa, en plus de voler certains biens meubles », peut-on lire dans les documents déposés au tribunal.

M. Laurin et Mme Pimparé indiquent aussi qu’ils étaient couverts pour vol et vandalisme. Ils ont fourni toutes les pièces justificatives à leur compagnie d’assurance le 26 août 2016.

Or, selon la poursuite, L’Unique n’aurait transmis aucune réponse à la déclaration de sinistre de ses clients, et ce, près d'un an et demi après l’incident. Entre-temps, le couple a eu le temps de renouveler à deux reprises son contrat avec la compagnie.

Poursuite

De son côté, L’Unique assurances générales, qui appartient à La Capitale, assure prendre au sérieux tous les dossiers qu’elle reçoit et effectuer les analyses nécessaires.

« Il est faux de prétendre que L’Unique n’a pas communiqué avec ses assurés, mais comme le processus est judiciarisé, nous devons limiter nos commentaires », a indiqué le porte-parole, Jean-Pascal Lavoie.

Ironiquement, La Capitale Assurance diffuse actuellement une campagne publicitaire à la télévision où l’on voit un jeune organiser une fête sur les réseaux sociaux, alors que sa mère s’apprête à partir en voyage.

 

D’autres cas

Beauport - Juillet 2012

La résidence d’Yvan Laurin et de Nathalie Pimparé, située dans un quartier tranquille de Repentigny, a été saccagée par plus d’une centaine de jeunes lors d’une fête qui a dégénéré en août 2016.
Photo d'archives

Plus de 400 fêtards ont lourdement endommagé une petite maison dans la région de Québec lors d’un Open House organisé sur Facebook. Sur la page de l’événement, les initiateurs avaient fait un lien entre leur « party épic » et le film Projet X qui raconte l’histoire de lycéens organisant une fête qui dégénère. Les policiers ont dû intervenir en grand nombre et faire plusieurs arrestations.

Saint-Raphaël - Avril 2012

La résidence d’Yvan Laurin et de Nathalie Pimparé, située dans un quartier tranquille de Repentigny, a été saccagée par plus d’une centaine de jeunes lors d’une fête qui a dégénéré en août 2016.
Photo d'archives, Benoit Gariépy

Deux jeunes « très polis » ont trompé la vigilance d’une septuagénaire en louant, pour une journée, sa résidence centenaire du comté de Bellechasse, au sud de Québec, afin d’y organiser une nuit de démolition. Pour la somme de 5 $, les visiteurs pouvaient y détruire tout ce qu’ils pouvaient. Plus d’une centaine de personnes se seraient présentées.