/lifestyle/health
Navigation

À bas la sédentarité!

Denis Fortier
Photo Martin Alarie Denis Fortier

Coup d'oeil sur cet article

Levez-vous et marchez, dit le physiothérapeute Denis Fortier, si vous voulez vivre plus longtemps et, surtout, en meilleure santé.

Les Occidentaux ont trois sérieuses dépendances : leur télé, leur voiture et, surtout, leur chaise, où ils semblent vissés depuis plusieurs décennies.

Elles sont à l’origine de bien des maux : obésité, diabète, cancer, hypertension, maladies cardiovasculaires, voire Alzheimer. Bref, une mort prématurée, ou une vieillesse pas en santé.

Et c’est pour promouvoir notre libération face à ces « dictateurs de l’immobilité » que le physiothérapeute Denis Fortier vient de publier Lève-toi et marche, la recette miracle existe et elle est gratuite, son quatrième ouvrage, son plus personnel aussi. « Je voulais plus qu’un simple guide. C’est aussi un témoignage », dit-il.

Âgé de 49 ans, Fortier marche, travaille parfois debout, ou sur son vélo stationnaire, fait du sport. Bouger l’aide à combattre son déficit d’attention. Mais ça n’a pas toujours été comme ça. « Enfant, j’étais poche en sport et je n’aimais pas en faire. »

Tout le monde peut donc s’y mettre, dit-il, à n’importe quel âge.

Un tripeux de muscles

C’est lors d’une dissection, dans le cadre de sa formation en physiothérapie, que Denis Fortier a vu des muscles de près. Ce moment éprouvant s’est ainsi transformé en épiphanie. « J’ai constaté toute la complexité du muscle. Pour moi, c’est l’organe le plus important. »

Depuis, de nouvelles études scientifiques sont allées plus loin. « On n’explique jamais pourquoi bouger fait du bien, dit Denis Fortier. Or, on sait aujourd’hui que le muscle envoie des messages chimiques, des myokines. Il communique avec nos os, notre cerveau et notre cœur. »

Or, si on ne bouge pas, nos 600 merveilleux muscles, qui représentent le tiers de notre poids, s’atrophient.

De moins en moins actifs

Les Nord-Américains sont bien loin des 10 000 pas recommandés par jour. « Une étude faite en 2009 aux États-Unis montre que seulement 8 % de la population marche plus de 30 minutes par jour », révèle Denis Fortier.

Il y a 50 ans, ils étaient assis 26 heures par semaine. Actuellement, c’est à peu près 38 heures. Et si la tendance se maintient, en 2030, on passera 42 heures assis. « On est-tu en train de paralyser ? », demande le physiothérapeute.

Et tous les progrès technologiques ont ceci en commun : convaincre l’humain d’en faire toujours moins physiquement.

Changer les habitudes

Que faire pour changer nos habitudes ?

Denis Fortier propose des petits changements sur quatre axes : au travail, dans les loisirs, dans les déplacements et à la maison. « Juste 15 minutes pour chacun, ça fait une différence. »

Au travail, on prend les escaliers et on marche sur l’heure du midi. Si on s’y rend en voiture, on se stationne quelques rues plus loin et on fait le reste à pied. En métro, on descend à la station avant.

À la maison, on vérifie sa consommation de télé, dit Denis Fortier. « On peut plier le linge en la regardant, rester debout. Et si on la troque contre une activité physique, on est gagnant. »

Dans les loisirs, bouger, bien sûr, et cela peut être de marcher, tout simplement. À votre niveau. « Ça va de la promenade, au centre d’achats, au trekking, au Tibet ! »

Les campagnes de prévention ont fonctionné pour la cigarette et la ceinture de sécurité, dit Denis Fortier. Pourquoi ne pas s’attaquer sérieusement à la sédentarité ? Lui se sent investi d’une mission, et son dernier ouvrage n’en est qu’un jalon. « Je veux diffuser ce message ! »

Bouger, bouger et bouger encore !