/finance/opinion/columnists
Navigation

De l’austérité libérale à la générosité électorale

Coup d'oeil sur cet article

C’est fou de voir à quel point le gouvernement Couillard fait preuve d’une débordante générosité en cette année électorale. La manne tombe comme jamais !

Au cours du mois de mars, Philippe Couillard et ses ministres nous ont inondés d’annonces de subventions. Et avec le budget d’aujourd’hui du ministre Carlos Leitao, il faut s’attendre à une multiplication des « bonnes nouvelles » libérales.

Grâce aux surplus budgétaires engrangés au fil de ses trois dernières années de pouvoir, le gouvernement Couillard a les moyens aujourd’hui de jouer au père Noël. Et ça tombe fort bien puisque les élections auront lieu le 1er octobre prochain.

Pour se retrouver avec de surprenants surplus budgétaires, le premier ministre Couillard nous doit une fière chandelle. On va se dire la vérité : ces surplus budgétaires ont été réalisés en grande partie sur le dos de l’ensemble des contribuables.

SURPLUS SUR NOTRE DOS

Les sévères mesures d’austérité budgétaire mises en place lors des deux premières années de pouvoir du gouvernement Couillard lui ont permis de dégager un surplus (136 millions $) dès le premier exercice financier de 2014-15. Et lors de la seconde année financière de 2015-16, le surplus bondissait, à la surprise générale, à rien de moins que 3,6 milliards $. Puis lors du troisième exercice, le surplus grimpait à près de 4,4 milliards $.

En quoi les mesures d’austérité ont-elles contribué à générer de si gros surplus ? Cela a permis au gouvernement Couillard de compresser au maximum les dépenses de l’État.

Lors des trois premiers exercices financiers du gouvernement Couillard, les dépenses gouvernementales ont augmenté de 3,6 milliards $, soit de 3,8 %. La hausse est même inférieure à l’inflation.

Pendant ce temps-là, le ministre Leitao réussissait à hausser les revenus du gouvernement de 9,6 milliards $, soit de 10,3 %.

Comme on peut le constater, l’augmentation des revenus est presque trois plus élevée que la hausse des dépenses gouvernementales.

CHANGEMENT DE CAP

Alors que l’exercice en cours s’avérait tout aussi prolifique que les deux précédents, le gouvernement Couillard a décidé l’automne dernier de mettre un terme aux surplus faramineux. Et c’est pourquoi, lors de la mise à jour de novembre dernier, il a soudainement dénoué les cordons de la bourse. Il a annoncé un paquet d’initiatives qui ont pour effet de réduire de 1,3 milliard de dollars le fardeau fiscal des particuliers au cours de l’exercice se terminant à la fin du présent mois de mars.

S’ajoutait à ce cadeau fiscal une accélération des dépenses gouvernementales de quelque 2 milliards $ d’ici la fin de l’exercice 2017-18.

Malgré ces dépenses supplémentaires de plusieurs milliards de dollars, le ministre Leitao prévoit boucler le présent exercice financier avec un surplus de 2,3 milliards $. Comme quoi l’argent continue de couler à flots.

CADEAUX ÉLECTORAUX

Dans le cadre de son budget d’aujourd’hui, le gouvernement Couillard se montrera encore plus généreux que lors de la dernière année.

Cette fois, ce sera grâce à la croissance économique qu’il pourra continuer de jouer au père Noël en cette année électorale.