/news/society
Navigation

Charles Lafortune saute un plomb contre Walmart

Charles Lafortune saute un plomb contre Walmart
Photo d'archives, ICZKOVITS/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Après une réaction à chaud qui a fait grand bruit sur les réseaux sociaux, Charles Lafortune a commenté, vendredi matin, la décision de Walmart de mettre fin à un programme d’intégration des personnes handicapées au travail, en réitérant que «c’est épouvantable de faire ça».

La colère de l’animateur, qui est père d’un enfant autiste, s’est ajoutée au concert d’indignation qui se fait entendre depuis que le géant du détail américain a confirmé cette nouvelle qui va toucher 26 magasins au Québec.

«Je suis tombé en bas de mon lit [en voyant la nouvelle]», a-t-il déclaré en entrevue à LCN.

«Je ne pouvais même pas comprendre qu’une corporation trouve que c’est une bonne idée de faire ça», a poursuivi M. Lafortune, ajoutant qu’il s’agit de la pire publicité qu’on puisse faire pour un commerce.

Il reconnaît avoir réagi sans connaître toutes les motivations derrière cette décision, mais il estime qu’aucune raison ne pourrait lui permettre de comprendre comment on en est arrivé là.

 

Des responsabilités

M. Lafortune, qui n’a pas l’habitude de faire dans la polémique, explique que cette cause, «[qu’il n’a] pas choisie, mais qui [l’a] choisi», le touche tout particulièrement.

«J’imagine le parent qui doit expliquer à son enfant qui travaille depuis 4, 5, 7 ans à cet endroit-là, qui est un adulte maintenant, de lui dire ‘’non, tu ne pourras plus travailler là parce que t’es trop compliqué, et on ne veut pas de ta différence...’’»

Pour lui, le fait de prendre part à ce programme d’intégration venait avec des responsabilités, et le fait de s’en défaire, «c’est comme adopter un enfant et, à un moment donné, dire que ça ne fait plus [ton] affaire».

«Ça va me faire plaisir de dire que je n’irai plus jamais chez Walmart», a-t-il lancé, ajoutant qu’il n’en avait pas contre les grandes surfaces de manière générale, mais bien contre cette bannière qui a «crucifié» un programme précieux à l’arrivée de la fin de semaine de Pâques.