/opinion/columnists
Navigation

Pas pour demain le 3e lien

Coup d'oeil sur cet article

Difficile de croire à la construction rapide du 3e lien depuis que le ministre des Finances Carlos Leitao a dit la vérité sur la capacité du gouvernement à bonifier le plan québécois des infrastructures chiffré dans le dernier budget.

Selon lui, il sera difficile d’aller au-delà du 25 % du PIB déjà annoncé pour les dix prochaines années.

Le ministre a beau s’être adressé directement aux stations de radio sur Twitter pour corriger le tir ensuite, le mal était déjà fait.

CONSENSUS?

Et que dire des propos du ministre Pierre Arcand qui, lui, a parlé lors du budget de «consensus sur la suite des choses» avant de confirmer la réalisation du projet.

Celle-là, c’est vraiment la meilleure.

Un consensus?

Et sur le projet de tramway? Où est le consensus? Y a-t-il eu quelque chose qui ressemble vaguement à un débat sur la question?

L’unanimité sur ce projet de 3 milliards $ à l’Assemblée nationale est d’ailleurs assez troublante.

La vraie différence avec le tramway, ce n’est pas le consensus, c’est plutôt la volonté politique solide de réaliser des projets de transport en commun structurants.

La froideur du maire Labeaume sur le 3e lien est certainement aussi un frein important à l’enthousiasme gouvernemental.

MINISTRES MONTRÉALAIS

Revenons à Leitao et Arcand.

On dirait vraiment deux ministres montréalais qui viennent siéger à Québec quelques jours par semaine et qui retournent ensuite chez eux sans trop s’intéresser et surtout, sans comprendre les enjeux de la capitale.

En fait, ils ont surtout oublié de faire de la politique partisane.

En même temps, ils ont laissé tomber leurs collègues députés de la région menacés par une vague caquiste en leur laissant la «job» d’essayer de faire croire aux citoyens que le 3e lien est vraiment une priorité du gouvernement.

Le projet n’est peut-être pas mort, mais il n’est pas fort.