/finance/opinion/columnists
Navigation

Sous Couillard, hausse d’impôts et de taxes de 12 milliards $

Coup d'oeil sur cet article

Dans le cadre de son 5e budget, le gouvernement Couillard se vante d’avoir réduit de façon importante le fardeau fiscal des Québécois. Toutefois, il omet de nous dire combien d’argent de plus il est venu chercher dans les poches des contribuables pendant ses années de pouvoir.

Voici la réponse. Tout en tenant compte des récentes mesures de réduction du fardeau fiscal, c’est finalement une somme supplémentaire nette de 12,3 milliards de dollars d’impôts, de taxes, de tarifs, de droits et permis que nous allons verser (en incluant cette année) dans les coffres du gouvernement Couillard durant son mandat.

Selon les données du ministère des Finances, ces revenus autonomes (excluant les revenus des sociétés d’État) atteindront cette année les 81,6 G$, à comparer à 69,3 G$ lors du dernier exercice financier du gouvernement Marois.

LA RECETTE LEITAO

Comment Carlos Leitao, l’argentier du gouvernement Couillard, a-t-il pu réussir le « tour de force » de nous soutirer un tel supplément de revenus d’impôts, de taxes, de tarifs ?

C’est une combinaison de plusieurs facteurs. Lors des premières années d’austérité budgétaire, nous avons subi des augmentations de droits et permis, de taxes scolaires, de tarifs de services publics. À cela s’est ajoutée une croissance économique qui a généré une hausse appréciable de revenus d’impôts et de taxes à la consommation.

Combinées à des coupes budgétaires dans nombre de ministères, la forte hausse des revenus autonomes et l’appréciable augmentation des transferts fédéraux ont permis au gouvernement libéral de déclarer d’alléchants surplus budgétaires annuels allant de 3,1 à 4,4 milliards de dollars au cours des exercices financiers de 2015-2016 à 2017-2018.

Des surplus alléchants au point d’en devenir gênants ? Absolument pas, le gouvernement de Philippe Couillard a sauté sur l’occasion pour changer de cap budgétaire et distribuer des cadeaux.

CADEAUX ÉLECTORAUX

Il a ainsi profité de la mise à jour économique de novembre dernier, à moins de 11 mois des prochaines élections, pour annoncer un train de mesures de réduction du fardeau fiscal des Québécois : diminution de 16 à 15 % du premier taux d’imposition ; supplément de 100 $ par enfant pour l’achat de fournitures scolaires ; abolition de la contribution santé ; bonification des incitations au travail et quelques autres mesures.

Des réductions additionnelles se sont ajoutées lors du 5e budget du ministre Carlos Leitao, dont une réduction de la taxe scolaire.

Sur une base annuelle à partir de 2017, le ministre Leitao évalue la réduction récurrente du fardeau fiscal à environ 3,16 milliards de dollars.

D’ICI 2022

Pour les six années allant de 2017 à 2022, le gouvernement Couillard chiffre à près de 19 G$ (6 fois 3,16 G$) l’impact financier cumulatif de cette réduction annuelle du fardeau fiscal sur les recettes gouvernementales.

N’ayez crainte. Cela n’appauvrira pas pour autant le gouvernement. Malgré cet impact financier sur les recettes gouvernementales, sachez que le ministère des Finances prévoit venir chercher dans nos poches un supplément net de 14,65 G$ en impôts, taxes, droits, permis... au cours de cette même période de 2017 à 2022.