/opinion/columnists
Navigation

Un cours à jeter aux poubelles

Coup d'oeil sur cet article

Si j’étais ministre de l’Éducation, je prendrais le cours d’éthique et de culture religieuse, je le roulerais en boule avec amour et attention, et je le jetterais dans la poubelle la plus proche.

Je ne le réécrirais pas. Je ne l’améliorerais pas.

Je le flusherais.

Avec tous les honneurs qu’il mérite.

OPÉRATION LAVAGE DE CERVEAUX

Personnellement, sur la liste des choses que l’on devrait enseigner en priorité à l’école, la religion occupe la 1753e place... juste après le crochet, la vie sexuelle des carpes et la cuisson des choux de Bruxelles.

La seule place où l’on devrait parler de religion est en histoire. Pour montrer combien de milliards de litres de sang ont été versés au nom de Dieu au fil des siècles.

« Mon ami imaginaire est meilleur que le tien ! »

Le cours d’éthique et de culture religieuse n’avait qu’un seul et unique but : enfoncer l’idéologie multiculturaliste dans la gorge de nos enfants.

Sur ce plan, c’est une réussite totale.

Les jeunes qui sont passés par ce cours sont incapables d’entendre la moindre petite critique des religions. Pour eux, critiquer une religion, même du bout des lèvres, est du racisme et de la xénophobie, point final.

De plus, ils croient que toutes demandes d’accommodements sur des bases religieuses sont censées et recevables.

Pendant des années, ils se sont fait laver le cerveau à la brosse et au Purell. Résultat : ils ressemblent à Justin comme deux gouttes d’eau.

Le voile islamiste ? Cool ! La séparation des hommes et des femmes ? Une pratique culturelle qu’il faut respecter ! La Terre a été créée par une tortue albinos ? Quel beau mythe, quelle imagination !

LA SCIENCE AVANT TOUT

L’autre jour, mon fils de 10 ans est arrivé avec son bulletin.

Il avait de bonnes notes partout, sauf dans le cours d’éthique et de culture religieuse, qu’il a presque coulé.

J’étais fier de lui.

À la maison, nous nous faisons un devoir de lui « désapprendre » tout ce qu’on lui enseigne dans ce cours.

Nous lui enseignons l’importance de développer un esprit critique. Nous lui rappelons que toutes les religions monothéistes sont sexistes et homophobes.

Et nous lui disons que ce n’est pas parce qu’un monsieur barbu a appris un livre sacré vieux de 2000 ans par cœur qu’il peut dire aux gens comment vivre leur vie.

Je reviens d’un week-end à New York avec ma femme et mes trois enfants. Nous avons passé toute la journée du lundi au Musée d’histoire des sciences naturelles, où nous avons vu un moyen métrage fascinant sur la théorie de l’évolution de Darwin.

C’est ça qu’on devrait enseigner, à l’école. Des théories scientifiques, et non des sornettes, des croyances et des superstitions.

Nos enfants ont déjà de la difficulté à maîtriser leur langue maternelle et à comprendre les principes de base de l’économie.

Vous voulez leur enseigner la religion ? Faites-le hors des heures de cours.

PAS VITE, VITE

Ça a pris dix ans à certains fonctionnaires pour se rendre compte que le cours d’éthique et de culture religieuse « avait des lacunes ».

Duh.

Je m’en suis aperçu la première fois où j’ai ouvert le manuel de ma fille aînée.