/misc
Navigation

Nos auteurs

CA_Antoine Genest-GrégoireCA_Véronique FournierMaxime Pelletier

La valse du baseball

La valse du baseball
Photo d'archives, Martin Chevalier

Coup d'oeil sur cet article

Chaque année c’est la même chose : Montréal accueille une équipe de baseball professionnelle pour quelques jours, les partisans montréalais s’échauffent, les promoteurs du retour du baseball s’assurent de garder la porte ouverte pour le projet et la Ville en fait autant.

Ce rituel se répète chaque année. Certains disent que c’est un jeu cynique pour vendre les billets des matchs des Blue Jays à Montréal. Les fans de baseball le voient sans doute comme leur seul moyen d’aider au retour d’une équipe chez eux.

On aurait pu s’attendre à un scénario différent cette année, avec l’arrivée au pouvoir de Projet Montréal. Denis Coderre est un amateur notoire de baseball alors que Valérie Plante s’était montrée sceptique face à la construction d’un stade de baseball sans référendum si des fonds publics devaient y être engagés. La construction d’un stade de sport professionnel ne correspond pas généralement très bien à la vision de Projet Montréal, axée sur la vie de quartier, la réappropriation des infrastructures municipales par les citoyens. Un stade en béton pour attirer des touristes et des banlieusards en voiture, entouré de tours à condos, ne semble pas très bien cadrer avec la perspective de la nouvelle administration.

Valérie Plante n’est pas allée assister aux matchs préparatoires. Je ne sais pas si c’était un message. Certains l’ont certainement vu ainsi. Dès la seconde journée des matchs, face à cette grogne, on apprenait que la Ville n’est finalement pas du tout fermée à l’idée du retour du baseball majeur. Même l’idée d’un référendum n’était plus mentionnée.

Je comprends l’administration Plante d’agir de la sorte. Les chances que le projet se concrétise sont très minces. Il n’y a pas de gains politiques à se mettre à dos les fans de baseball, surtout si la question reste hypothétique. Remarquez bien que Denis Coderre faisait la même chose : il faisait savoir qu’il était favorable au retour d’une équipe, mais on n’a jamais vu la moindre somme investie ou promise par son administration.

Le problème avec ce jeu un peu cynique c’est qu’il nous fait éviter la question de fond et crée des attentes chez les fans. La recherche sur la question est pourtant plutôt claire : les subventions publiques aux stades de sport professionnel sont une très mauvaise idée. L’arrivée d’une équipe de sport dans une ville ne se traduit presque jamais par un gain d’activité d’économique nette. Les amateurs de sport ont un budget limité. Les gains de l’équipe de baseball sont en grande partie les pertes de l’équipe de hockey ou de football, ou celles des cinémas ou des salles de spectacle. Les touristes se comportent de façon similaire : une visite à Montréal pour un match de baseball sera fort probablement une visite en moins pour un match du Canadien ou pour un festival.

Le gouvernement fédéral refuse d’ailleurs catégoriquement de soutenir ce genre de projet, avec raison. Stephen Harper, dont la principale base d’appuis québécois était pourtant dans la région de Québec, a opposé un « non » catégorique aux demandes de fonds fédéraux pour le Stade Vidéotron. Difficile de le blâmer maintenant. Il semble évident que s’il n’y a pas de gains publics, il n’est pas logique que toute la population canadienne ou québécoise paie pour un stade dans une ville en particulier. Le même argument vaut pour une subvention municipale : pourquoi tous les montréalais et montréalaises paieraient-ils pour les loisirs des fans de baseball ? Pourquoi pas pour les fans de curling ou de lutte ? Quand on sait dans quel état sont nos infrastructures d’eau, ça n’est simplement pas responsable de la part de la Ville d’investir dans un stade.

L’administration Plante ne peut peut-être pas le dire mais moi je peux : on ne devrait pas mettre un sou dans un stade de sport professionnel.

Nouveau blogue

Ce billet est ma première contribution au blogue Cité Métropole du Journal de Montréal. De jour, je fais de la recherche sur l’économie et les finances publiques, souvent en regardant le Québec ou le Canada (mes billets ne représentent d’ailleurs que ma propre opinion, erreurs et omissions incluses). De soir, je vais tenter de vous faire réfléchir à ma ville en tant que citoyen. Je vais tenter de mettre de l’avant des points de vue qui forcent le débat. J’aurai certainement l’occasion de me tromper ou d’aller trop loin, mais c’est le risque que je prends en espérant ne rien écrire qui vous laisse indifférents.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.