/weekend
Navigation

Quatre figures importantes des Rébellions de 1837-1838

Coup d'oeil sur cet article

« Chacun de nous doit être aujourd’hui accusateur, si l’amour du pays nous anime. » Ces paroles de Louis-Joseph Papineau, prononcées en 1834 en appui aux 92 résolutions, pourraient fort bien être reprises aujourd’hui par les élus du parti indépendantiste à l’Assemblée nationale.

Aux quatre chemins : Papineau, Parent, La Fontaine et le révolutionnaire Côté en 1837 et 1838.

Photo courtoisie

Yvan Lamonde, Éditions Lux

Dans un ouvrage des plus éclairant, l’historien Yvan Lamonde revient sur cette période marquante des rébellions de 1837-1838, en suivant quatre personnages qui ont joué un rôle prépondérant lors de ces événements tragiques qui ont encore aujourd’hui des répercussions sur nos enjeux politiques.

Lamonde s’intéresse aux détails qui font la grande et la petite histoire, aux actes manqués, aux non-lieux, aux faux pas et aux dessous de l’histoire. On découvre un Papineau énergique qui, tel un Jacques Parizeau en pleine possession de ses moyens, fustige le colonisateur anglais qui refuse de faire preuve d’ouverture, allant jusqu’à le menacer de s’associer avec le Congrès des États-Unis advenant le refus d’accorder l’éligibilité d’un conseil législatif au Bas-Canada.

Papineau ne vise pas seulement l’amélioration du système colonial, il rêve déjà à l’indépendance de la colonie. Le refus des autorités coloniales d’accueillir les 92 résolutions radicalise son discours. Résister devient « une obligation morale ». En cela, la lutte d’indépendance des 26 colonies américaines l’inspire. Il y voit une nouvelle forme de souveraineté, différente des nations européennes. Il organise la résistance en proposant de boycotter les produits venant de la métropole et de ses colonies. Ainsi le sucre venu de l’extérieur devrait être remplacé par le sucre d’érable et on devrait favoriser le lin et les lainages du pays. Il faut rêver grand et arrêter de demander le minimum, martèle-t-il dans ses nombreux discours.

L’affrontement paraît inévitable et « le temps des humbles requêtes est fini ». Le 23 novembre 1837, à Saint-Denis, les patriotes remportent une première victoire militaire. Mais deux jours plus tard, à Saint-Charles, la défaite sera sanglante. Papineau se réfugie alors aux États-Unis pour mieux reconstituer ses forces combattantes et solliciter le soutien de ce pays affranchi. Il veut recueillir 100 000 $ pour « l’achat de dix mille fusils, de vingt pièces d’artillerie, des munitions et de quoi payer les vivres des volontaires... » Mais les appuis, même moraux, tardent à venir et on recommande la neutralité, parce que les patriotes canadiens sont mal organisés et divisés.

Papineau se défendra d’avoir commencé les hostilités armées, accusant le gouvernement anglais de les avoir provoquées. Il rejettera le rapport Durham. « Les Canadiens n’ont aucune justice à espérer de l’Angleterre. [...] La soumission serait une flétrissure et un arrêt de mort. »

Quant à Étienne Parent, il se dit plus près du peuple que des patriotes qui feraient montre d’une « méprise insensée » et qu’il accuse d’être « une espèce de dictature démagogique ». L’avocat Louis-Hyppolite Lafontaine, plus mou, sera son élève et allié, tandis que le docteur Cyrille-Hector-Octave Côté est la figure parfaite du vrai révolutionnaire : organisateur des Frères chasseurs, républicain anticlérical, radical, opposé au régime seigneurial, transporteur d’armes et combattant.

À lire aussi

L’élan vers l’autre : Chroniques parues dans l’Itinéraire 2014-2017

Photo courtoisie

Ianick Marcil, Éditions Somme toute

Je trouve que notre capacité d’indignation est de plus en plus diluée dans la béate satisfaction de notre état de dépendance et de servitude. Si l’amour des autres nous anime encore, il faut entretenir cette petite flamme et cette soixantaine de chroniques choisies nous y aident et nous encouragent, car il n’est pas bon de se sentir seul à dénoncer « la dérive morale de nos élites ». Émouvante, cette chronique où Marcil raconte le meurtre sordide de sa petite-cousine, de dix ans son aînée. Drame terrible qui lui a enlevé à jamais la foi en Dieu et qui l’empêche de trouver un sens à la vie.

Le pouvoir de l’espoir : Discours de fin de mandat, janvier 2017

Photo courtoisie

Barack et Michelle Obama,Éditions (bilingue) Points

Pour ceux qui trouvent Trump grotesque et inculte et qui s’ennuient d’un certain décorum, le discours d’adieux de Barack Obama, précédé de celui de sa femme Michelle pourra peut-être vous réconcilier avec une certaine idée de la politique américaine. Que reste-t-il aujourd’hui des programmes altruistes mis en place par la femme du président à l’intention surtout des jeunes étudiants ? Que reste-t-il des vœux pieux de Barack Obama de faire de cette Amérique un endroit exceptionnel, un pays généreux, altruiste et créatif ?

Discours à l’Académie suédoise

Photo courtoisie

Bob Dylan, Éditions Fayard

Dans ce discours de réception du prix Nobel de littérature, Bob Dylan se questionne sur les liens entre la chanson et la littérature. Trois livres l’ont marqué et ont influencé l’écriture de ses chansons : Moby Dick, À l’Ouest rien de nouveau et L’Odyssée. Mais ce discours tourne court, le nobélisé admettant avoir bien peu à dire si ce n’est que les chansons sont faites pour être écoutées et non pas pour être lues. Décevant.

Montréal, ville dépressionniste

Photo courtoisie

Collectif Moult éditions

Après le florilège d’événements divers organisés autour du 375e anniversaire de Montréal, où les différentes instances gouvernementales ont dépensé sans compter, voilà un pavé dans la mare fort bienvenu. « Montréal produit assez d’aberrations non seulement pour en faire un livre, mais également pour venir à bout du moral de ses citoyens. » Montréal a tous les attraits d’une ville dépressionniste. Si vous en doutez, plongez dans cet ouvrage grand format et illustré, car vous ne trouverez pas ces renseignements dans les guides touristiques, bien évidemment.