/news/currentevents
Navigation

Des aînés drogués au chocolat par un cambrioleur sans scrupule

Le criminel détenu actuellement aux États-Unis aurait fait d’autres victimes

Cadorette
Photo Frédérique Giguère La résidence de Berthe Cadorette, située sur le boulevard Gouin Est à Montréal, est toujours en vente, mais la dame a déménagé depuis l’événement traumatisant. Le suspect Hamid Chekakri est toujours détenu aux États-Unis en attendant son extradition.

Coup d'oeil sur cet article

Un bandit sans scrupule qui droguait des aînés avec des chocolats bourrés de somnifères pour ensuite les dévaliser pourrait avoir fait d’autres victimes, craignent les autorités.

À la suite de l’émission d’un mandat d’arrêt contre lui, Hamid Chekakri a été arrêté samedi à Atlanta par les agents du U.S. Marshals Service. Actuellement détenu aux États-Unis, le suspect de 47 ans sera bientôt rapatrié pour faire face à la justice canadienne.

Berthe Cadorette, 72 ans, avoue être beaucoup plus méfiante depuis qu’elle a croisé le chemin de cet homme en décembre dernier.

<b>Berthe Cadorette</b></br>
<i>Victime</i>
Photo Frédérique Giguère
Berthe Cadorette
Victime

Après avoir pris rendez-vous avec la dame, Chekakri s’est présenté à sa résidence du boulevard Gouin Est, dans l’est de Montréal, en prétextant vouloir l’acheter.

« Il était très amical dès le départ, a raconté la septuagénaire au Journal. Il n’était pas du tout épeurant. »

Un peu moins d’une heure après son arrivée, l’homme a informé Mme Cadorette de son désir d’acheter la maison.

« Il s’est mis à fredonner des chansons, il me disait qu’il voulait fêter, qu’il était tellement heureux d’avoir enfin trouvé une maison », se souvient la dame.

Enfoncer de force

C’est à ce moment que le voleur a exhibé une bouteille de vin et du chocolat, avant d’en offrir à Mme Cadorette. Lorsque cette dernière a refusé, il l’aurait soudainement agrippée par le cou avant de lui enfoncer de force dans la bouche un chocolat contenant un somnifère.

« J’ai ressenti l’effet presque immédiatement, raconte la victime. J’ai senti mes jambes devenir molles et après, je ne me souviens de rien. »

Pendant que Berthe Cadorette était endormie, le cambrioleur en aurait profité pour s’emparer de tout ce qui avait de la valeur dans sa maison : bijoux, collection de pièces de monnaie, argent comptant, etc.

La femme, qui a été droguée autour de 16 h, s’est finalement réveillée le lendemain matin.

« J’étais tout habillée sur mon lit, les draps pas défaits », se remémore-t-elle.

Hamid Chekakri aurait fait subir le même sort à deux autres couples montréalais et à des résidents d’Ottawa.

Chaque fois, il aurait drogué ses victimes avec des chocolats remplis d’un psychotrope qui ralentit le système nerveux central, indique la police de Montréal.

Troublés

Les deux couples montréalais qui auraient eux aussi été drogués et volés par Chekakri ont décliné notre demande d’entrevue, visiblement toujours troublés par les événements.

« Je ne suis pas encore prête à en parler », a poliment fait savoir l’une des victimes, étouffant un sanglot avant de refermer sa porte.

Les enquêteurs ont des raisons de croire qu’il aurait pu faire d’autres victimes.

– Avec la collaboration de Michaël Nguyen et Antoine Lacroix


Toute information pertinente peut être transmise de façon confidentielle en composant le 911.

Hamid Chekakri

Hamid Chekakr
Photo courtoisie, SPVM
Hamid Chekakr
  • 47 ans
  • Mesure environ 1,72 m (5 pi 8 po)
  • Parle français et anglais, avec accent
  • Portait des lunettes de vue, une grosse montre en argent, une tuque et un manteau noir