/news/society
Navigation

Handicapés ou déficients, ce sont des perles rares

Ceux que Walmart a voulu chasser comblent de joie des centaines d’employeurs

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Jean-François Desgagnés Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que Walmart est plongée dans une controverse au sujet de ses employés déficients intellectuels, des employeurs de partout au Québec se félicitent de recourir à leurs services. Des témoignages à suivre toute la fin de semaine.


Québec | Des centaines d’employeurs aux quatre coins du Québec font le choix d’embaucher des travailleurs aux prises avec une déficience intellectuelle ou un autre handicap, une main-d’œuvre qu’ils considèrent comme dévouée, charmante et compétente.

Au moment où la multinationale Walmart est plongée dans une controverse pour avoir montré la porte à ces employés différents – avant de finalement reculer jeudi pour leur permettre de revenir au travail –, Le Journal n’a eu aucune difficulté à trouver des exemples d’employés ayant un handicap qui font la joie de leur employeur.

Parmi ceux dont nous publierons les témoignages au cours des prochains jours :

  • Un employé trisomique comble de bonheur les clients d’un restaurant Subway, en jasant avec eux et en leur souriant ;
  • Un homme ayant une déficience intellectuelle est le champion pour placer les fruits et légumes dans une épicerie ;
  • Des personnes handicapées font épargner du savon à main dans une université ;
  • Un trisomique console des personnes endeuillées dans un salon funéraire.

Des entreprises satisfaites

Les employeurs de ces personnes différentes sont tous satisfaits du travail de leurs employés. Ils soulignent que ceux-ci contribuent à une bonne ambiance de travail par leur bonne humeur et leur dévouement, et qu’ils sont reconnaissants de faire partie d’une équipe de travail.

« Ils apportent un équilibre dans une équipe, ce sont des perles rares », mentionne Sandy Lalonde, propriétaire du Croquignolet, un traiteur de Québec qui compte deux personnes ayant un handicap dans sa petite équipe.

« C’est une main-d’œuvre disponible qu’on devrait utiliser plus », insiste le président du Regroupement des organismes spécialisés pour l’emploi des personnes handicapées (ROSEPH), Joseph Giulione, alors que le Québec, dit-il, traverse actuellement une pénurie de main-d’œuvre historique.

Certains obstacles

Il existe au Québec au moins trois façons d’intégrer les personnes handicapées au marché du travail.

Certains employeurs, comme Walmart, adhèrent à un programme de plateaux de travail ou de stages non rémunérés, d’autres leur accordent au moins le salaire minimum et une quarantaine d’entreprises sont subventionnées pour créer des emplois à la mesure de leurs limitations (voir plus bas).

Cette intégration au travail ne se fait pas si difficilement pour les employeurs, qui peuvent compter sur plusieurs organismes œuvrant en employabilité pour les personnes handicapées.

Certains employés potentiels sont freinés, eux, par la crainte de voir leur chèque d’aide sociale amputé, souligne M. Giulione.

« Une fois qu’on casse la mentalité selon laquelle ils ne sont pas capables de travailler, la grande majorité des employeurs avec qui on fait affaire nous rappellent pour en avoir d’autres », dit-il.

3 FAÇONS D’INTÉGRER LES PERSONNES HANDICAPÉES AU MARCHÉ DU TRAVAIL AU QUÉBEC

1. À L’IMAGE DU CAS WALMART

De l’intégration au marché du travail, non rémunérée, s’effectue par l’entremise de programmes coordonnés par le réseau de la santé auxquels participait Walmart.

La plupart des participants du programme de Walmart recevaient une allocation de 6 $ par jour.

2. EMPLOYÉS AU MOINS AU SALAIRE MINIMUM, COMME CHEZ BMR

Des employeurs embauchent des personnes présentant un handicap en faisant appel, ou non, à des subventions gouvernementales.

Chaque employé reçoit au moins le salaire minimum.

Des subventions salariales peuvent être offertes à l’employeur par Emploi-Québec.

3. LES ENTREPRISES ADAPTÉES

Ces entreprises, des organismes à but non lucratif ou des coopératives, créent des emplois pour les personnes ayant un handicap.

Elles sont reconnues par Emploi-Québec et doivent employer au moins 60 % de personnes présentant un handicap.

Elles reçoivent des sommes par l’intermédiaire du Programme de subventions aux entreprises adaptées.

QUELQUES CHIFFRES

39 % des personnes avec incapacité occupent un emploi, contre 72 % pour les personnes sans incapacité.

Environ 50 % des personnes avec incapacité ont besoin d’aide, de services ou d’aménagements adaptés pour pouvoir travailler.

Les personnes avec incapacité occupent le plus souvent un emploi à temps plein (74 %) et dans une entreprise de moins de 100 employés (61 %).

Source : Les personnes avec incapacité au Québec, Activité sur le marché du travail, Office des personnes handicapées du Québec, statistiques 2011-2012.

Lisez notre dossier complet sur ces employeurs qui font le choix d’embaucher des travailleurs aux prises avec une déficience intellectuelle ou un autre handicap

Des employés différents, mais «plus performants» chez BMR

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
PHOTO CHANTAL POIRIER

 

Le quincaillier BMR est tellement satisfait de ses employés avec des différences qu’il va multiplier par cinq leur nombre pour le faire passer de trois au départ à une quinzaine bientôt.

► Lisez la suite ici.

Un «rayon de soleil» au Subway de Saguenay

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE, PIERRE-ALEXANDRE MALTAIS

 

Les clients qui entrent au restaurant Subway du centre-ville de Saguenay, dans le secteur Chicoutimi, sont accueillis par les « bonjours » d’Emil Hubert, un employé de 33 ans atteint de trisomie 21 qui égaye depuis six ans la salle à manger.

► Lisez la suite ici.

Un déficient qui rend une fière chandelle à l’université

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
PHOTO BEN PELOSSE

 

Un déficient intellectuel de 33 ans débordant de vie fait épargner les Québécois en récupérant des restes de savons de toutes les salles de bains de l’Université du Québec à Trois-Rivières.

► Lisez la suite ici.

Son emploi adapté lui «a sauvé» la vie

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
PHOTO JEAN-FRANÇOIS DESGAGNÉS

 

Une jeune femme de 32 ans de Québec ayant une déficience motrice cérébrale estime que son emploi lui « a sauvé » la vie.

► Lisez la suite ici.

Comme des petits-enfants pour des personnes âgées

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
PHOTO MARTIN ALARIE

 

Pour les résidents âgés de la Villa Sainte-Rose à Laval, Kim Laroche-Galipeau et Patrick Therrien-Chiasson sont plus que des employés, mais presque des petits-enfants qu’ils aiment côtoyer.

► Lisez la suite ici.

Une patronne comblée par ces travailleurs exemplaires

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Jean-François Desgagnés

Dans les cuisines du traiteur Le Croquignolet, à Québec, Gabriel Lemieux et Jessika Berger-Lebel sont de véritables « exemples » pour leurs collègues, tant leur attitude est irréprochable.

► Lisez la suite ici.

Déficiente intellectuelle, elle « ne vit que pour travailler »

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Stéphanie Gendron

Malgré une légère déficience intellectuelle, Jenny Dolbec peut pratiquement tout faire au restaurant Saint-Patrice et à l’Auberge Mr. James de Rivière-du-Loup où elle n’a jamais raté une journée de travail depuis 12 ans.

► Lisez la suite ici.

Ce jeune trisomique est si doué qu’on le veut à temps plein

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Chantal Poirier

Atteint de trisomie 21, Arnaud Lemay travaille depuis quelques mois pour le Complexe funéraire Haut-Richelieu. Et déjà, son patron estime que « personne n’a son pareil pour mettre de la joie » dans la vie des gens endeuillés.

► Lisez la suite ici.

Celui qui donne le sourire aux clients

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Stéphanie Gendron

Depuis près de 20 ans, Alain Lajoie met du soleil dans la journée des clients du IGA de Rivière-du-Loup en prenant la peine de les saluer avec bonne humeur, comme s’il les connaissait depuis toujours.

► Lisez la suite ici.

Une jeune autiste qui a trouvé sa place

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Ben Pelosse

Après avoir enchaîné les échecs professionnels et le stress causé par le service à la clientèle, une jeune autiste a finalement trouvé sa place en travaillant avec les animaux dans un hôpital vétérinaire.

► Lisez la suite ici.

Il faut deux employés pour le remplacer

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Pascal Huot

Un homme souffrant d’une déficience intellectuelle après avoir manqué d’oxygène à la naissance fait le bonheur d’une entreprise de la Beauce.

► Lisez la suite ici.

Raymond est différent, mais il est ponctuel et travaillant

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Chantal Poirier

La bière bio de la microbrasserie Boldwin à Boucherville est « brassée sans préjugés » grâce à Raymond Millaire, un déficient physique analphabète éprouvant des troubles de langage qui s’y donne corps et âme depuis deux ans.

► Lisez la suite ici.

Des employés qui veulent toujours en faire plus

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo collaboration spéciale, Dave Parent

Le restaurant Boston Pizza de Sainte-Thérèse compte dans sa cuisine un employé dévoué qui veut toujours en faire plus, tellement que c’est son patron qui doit freiner ses ardeurs.

► Lisez la suite ici.

30 postes pour une seule personne

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Pierre-Paul Poulin

Amélie Perron occupe presque 30 postes à l’usine Dans un Jardin à Boucherville. Un endroit idéal pour la jeune femme de 22 ans qui vit avec un trouble du déficit de l’attention particluièrement sévère, un TDAH, qu’elle décrit comme « hyper lent » plutôt qu’« hyperactif ».

► Lisez la suite ici.

Un travail pour se sentir à sa place

Au Groupe TAQ à Québec, une entreprise adaptée qui fait des travaux de sous-traitance pour des clients comme Simons, Biscuits Leclerc et Chocolats Favoris, 70 % des quelque 260 employés sont des personnes qui présentent un handicap, dont plusieurs que l’on peut voir sur cette photo.
Photo Chantal Poirier

Pierre Barbe avait peur d’aller travailler, d’être ridiculisé par ses collègues et de ne pas pouvoir faire ce qu’on lui demanderait. Jusqu’à ce qu’il trouve sa place chez Coforce, où 29 ans plus tard, il est chef d’équipe et compte même plus d’ancienneté que sa supérieure.

 

► Lisez la suite ici.