/news/consumer
Navigation

«Prenez du vin sans prendre du poids»

L’emballage d’un produit «naturel» disponible en pharmacie fait l’objet d’une enquête de Santé Canada

Le Wine Waist Flush se trouve sous forme de capsules dans la section des produits de santé naturelle de certaines pharmacies.
Photo Martin Chevalier Le Wine Waist Flush se trouve sous forme de capsules dans la section des produits de santé naturelle de certaines pharmacies.

Coup d'oeil sur cet article

« Prenez du vin sans prendre du poids » nous promet un produit de santé naturelle, disponible dans certaines pharmacies du Québec, qui fait maintenant l’objet d’une enquête de Santé Canada.

« Parmi les produits qui sont autorisés par Santé Canada, c’est un des pires que j’ai vu récemment. C’est une honte pour la profession d’avoir ça dans une pharmacie », dénonce Olivier Bernard, alias le Pharmachien.

Le Wine Waist Flush est en fait un laxatif contenant notamment du psyllium, des graines de lin et des plantes.

Sur l’étiquet­te, on peut lire : « Enfin, je peux boire une coupe de vin sans me sentir coupable. Je croyais que je devais choisir entre ma silhouette et mon verre de rosé. Grâce à Wine Waist Flush, je n’ai plus besoin de décider. »

Olivier Bernard, <i>le Pharmachien</i>
Photo Pierre-Paul Poulin
Olivier Bernard, le Pharmachien

Une affirmation qui fait bondir Olivier Bernard. « C’est grave, comme allégation, et c’est bizarrement spécifique. C’est tellement opportuniste de relier ça à la prise de poids liée à l’alcool. J’ai rarement vu une compagnie aller aussi loin », ajoute-t-il.

Il prétend même que l’article n’est pas conforme aux règles de Santé Canada sur l’étiquetage des produits de santé naturelle, puisqu’il a été approuvé comme laxatif.

Invitation à boire

Le pharmacien Habib Addad estime que le produit encourage indirectement la consommation excessive d’alcool.

« C’est un peu insidieux. C’est comme si on disait que ce n’est pas grave de boire plus d’alcool », insiste-t-il.

M. Addad craint aussi que le Wine Waist Flush favorise certains comportements à risque en liant laxatif avec perte de poids.

« Est-ce qu’on devrait prendre un laxatif pour perdre du poids ? Pas du tout. C’est vraiment dangereux comme association parce qu’on peut voir ce genre de comportement chez les personnes qui ont des troubles alimentaires, comme la boulimie », s’inquiète l’expert.

La bouteille qui contient 90 capsules végétales a coûté 25,99 $, plus taxes, dans la pharmacie où Le Journal l’a achetée. Sur l’étiquette, on recommande de prendre de trois à six capsules, deux à trois fois par semaine.

Coûteux

« Ça revient presque à 1 $ la dose, alors que la plupart des médicaments ne coûtent que quelques sous la dose. Si on a besoin d’un laxatif, on peut aller s’acheter une bouteille de jus de pruneaux pour moins cher », lance M. Bernard.

Les deux pharmaciens consultés par Le Journal ont dit qu’ils ne suggéreraient jamais ce produit à un client et qu’ils seraient même mal à l’aise à l’idée qu’on le trouve sur leurs tablettes.

En contrepartie, M. Addad croit qu’il y a peut-être un bon côté à avoir cet article en pharmacie puisque, justement, un pharmacien est sur place.

« Ce n’est pas mauvais que ce soit disponible en pharmacie parce que ça garde un certain contrôle. Je suis catégorique, si un client était allé voir n’importe quel pharmacien avec ce produit, ce dernier aurait eu la même réaction que moi. Il aurait pu dire d’aller s’acheter de vraies graines de lin plutôt que ce produit, par exemple », assure M. Addad.

Ménage à faire

C’est également la position qu’adopte l’Ordre des pharmaciens, qui croit cependant qu’il y aurait énormément de ménage à faire dans les produits naturels.

« Les produits de santé naturelle, c’est une très vaste gamme de produits. Ça inclut autant les vitamines et les minéraux, qui sont très utiles, jusqu’à l’homéopathie. Tout ça est régi par le même règlement. Je suis très critique par rapport à Santé Canada qui autorise la mise en marché de ce genre de produits », déplore Manon Lambert, porte-parole de l’Ordre.

Les pharmaciens ont aussi un rôle à jouer et ils devraient réfléchir à la pertinence d’offrir certains articles dans leur commerce, même s’ils ont été approuvés par Santé Canada, dit Mme Lambert.


► Santé Canada a d’ailleurs décidé d’ouvrir une enquête afin de vérifier la conformité de l’emballage du Wine Waist Flush après que Le Journal l’eut informé de ce cas.

 

La compagnie répond

Le porte-parole de l’entreprise ontarienne Integrity Health Group qui commercialise entre autres le Wine Waist Flush a assuré au Journal que son produit n’incite pas à la consommation excessive d’alcool.

« Nulle part nous ne disons que nous encourageons la consommation d’alcool. Nous reconnaissons que les gens consomment de l’alcool et que ces produits contiennent des calories vides. Nous avons élaboré ce produit après de nombreuses années de groupes de discussion avec des femmes qui nous ont dit qu’elles aimaient avoir un verre de vin, mais qu’elles savaient que ça n’aidait pas à contrôler leur poids », a soutenu Michael Broccolo, directeur du marketing.

Il a également indiqué qu’il était écrit sur l’étiquette qu’il fallait boire de façon responsable, avant de se raviser puisque la représentante du Journal avait le produit sous les yeux.

Il a aussi ajouté que de nombreuses clientes étaient satisfaites de ce produit. « Nous pensons que nous aidons des gens avec leurs problèmes de poids et que nous faisons quelque chose de bien », a mentionné M. Broccolo.