/news/currentevents
Navigation

Beauharnois: incendie sur le «Kathryn Spirit»

Le navire en démantèlement à Beauharnois a été la proie des flammes hier

Beauharnois: incendie sur le «Kathryn Spirit»
Photo Courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le «Kathryn Spirit» restera décidément maudit jusqu’à la toute fin. Un incendie a éclaté hier à bord du bateau échoué sur les rives du lac Saint-Louis à Beauharnois depuis 2011 et dont le démantèlement complet est prévu pour la fin de l’été.

«Il va nous avoir tenus en haleine du début à la fin. On espérait que la saga soit terminée pour de bon avec le démantèlement. Mais l’incendie nous rappelle que ce n’est pas encore fini et qu’il y a toujours des risques environnementaux», estime le maire de Beauharnois, Bruno Tremblay.

Les pompiers locaux et de cinq municipalités environnantes ont été dépêchés sur les lieux un peu après 10 h pour combattre le feu, qui a dégagé une épaisse fumée noire pendant près de 2 heures.

«L’eau bouillait»

Selon le directeur de la Sécurité incendie, Jean-Maurice Marleau, le feu aurait pris naissance dans la chambre des moteurs du cargo, où les murs étaient couverts d’un isolant et imbibés de mazout.

Les pompiers ont dû utiliser de la mousse pour maîtriser le feu à partir de l’extérieur du navire.

«On ne pouvait pas rentrer à l’intérieur à cause de l’épaisseur de la fumée et de la chaleur. L’eau dans le bateau bouillait et le métal était rouge», illustre M. Marleau.

L’incendie a été maîtrisé en début d’après-midi, mais les pompiers ont continué à travailler jusqu’à tard en journée.

Les lieux ont été évacués rapidement et aucun employé n’a été blessé.

Selon des analyses effectuées par des agents du ministère de l’Environnement du Québec, la qualité de l’air dans les environs n’a pas atteint de seuil critique en raison de la fumée.

Saga interminable

Cet incendie se veut un nouveau chapitre dans la saga entourant le «Kathryn Spirit», qui a fait les manchettes à plusieurs occasions au cours des dernières années.

En 2011, la Ville de Beauharnois avait fait bloquer les travaux de recyclage du navire par le Groupe St-Pierre, par crainte de pollution du Lac Saint-Louis. Puis, le navire a été vendu à une compagnie mexicaine qui a fait faillite.

L’épave est ainsi restée abandonnée pendant plusieurs années, à rouiller, et à s’incliner sur le côté.

Un bassin de roches et un muret d’acier ont construit été en 2016 autour du bateau pour l’isoler du lac Saint-Louis. Celui-ci posait néanmoins toujours un risque environnemental important.

Des opérations de décontamination ont eu lieu au cours de l’hiver sur le navire, pour éliminer divers contaminants comme de l’amiante, du plomb et du mercure.

Un contrat de 11 millions $ a finalement été accordé par le gouvernement fédéral en octobre pour le démantèlement de l’épave à la même entreprise qui avait abandonné le bateau à Beauharnois six ans plus tôt.

La déconstruction a débuté en février et devrait se poursuivre jusqu’à la fin de l’été.