/misc
Navigation

On dit à la relève de s’inspirer des plus vieux. Ouin.

Stéphan Dupont
Photo d'archives, Didier Debusschère Stéphan Dupont

Coup d'oeil sur cet article

Une jeune animatrice en formation est venue me demander jeudi dernier si j’avais entendu la saute d’humeur de Stéphan Dupont à Énergie Québec.

Il a eu un emportement de colère suite à un commentaire qui ne lui a pas plu.

La personne lui soulignait par texto, donc personnellement et non publiquement, qu’il «l’échappait, parfois».

Réponse de Dupont : «Y’a quelqu’un au 6-12-12 qui écrit : "Dupont, tu l’échappes, des fois." Quel cave qui écrit ça? Quel cross...Change de poste! C’t’un con ou une conne qui écrit ça. DÉCÂLISSE».

En passant, excellente façon de démontrer qu’on ne l’échappe pas, non?

Heureusement, ses collaboratrices Caroline Dumont et Josée Morissette ont immédiatement réagi.

Si c’est l’image que Bell veut se donner à Québec; cela leur appartient.

Que Dupont invite ses auditeurs les plus loyaux à changer de poste (en pleine période de sondage), ses auditeurs qui prennent le temps de lui écrire pour lui SUGGÉRER qu’il l’échappe PARFOIS ne regarde que Dupont.

Que les auditeurs acceptent de se faire parler de cette façon peut être bizarre, mais ils peuvent effectivement changer de poste.

Quand beaucoup d'auditeurs le font, c'est la peine de mort pour un animateur.

Mon problème est : Si ÇA, c’est l’exemple de ce qui peut être dit à des auditeurs à la radio, tu formes ta relève comment?

Ça va donner des cours de diction où on dira :

  • N’oubliez-pas l’accent circonflexe sur le «a» de «décâlisse»?

  • Il est important de bien prononcer chaque syllabe : Ici, on n’a pas clairement entendu la dernière syllabe de «crosseur».

  • Il est important d’avoir un vocabulaire abondant et d’utiliser des synonymes à la radio. Ici, le même auditeur peut être qualifié de cave, de crosseur et de con.

  • N’oubliez pas : À Radio-Canada, vous devrez dire «Décâlissez» puisque l’on se vouvoie en ondes.

Inlassablement, depuis des années, on s’efforce de former des animateurs et animatrices qui auront le terme juste pour exprimer leurs idées, un vocabulaire abondant pour pouvoir le faire sans se répéter constamment et on répète sans cesse que rien, rien n’est plus important que les auditeurs.

Il y a des animateurs qui sont bons pour leur station ET pour la radio. Ils inspirent le plus jeune public à se lancer dans le métier, en rêvant d’être le prochain P.Y. Lord ou le prochain Vince Cauchon ou la prochaine Joanne Boivin.

On semble être arrivés à l’ère des animateurs qui ne seront bons que pour eux-mêmes.

Heureusement, cela représente UNE radio et non LA radio.