/news/politics
Navigation

Affaire RONA: Couillard se défend d’avoir sacrifié Jacques Daoust

Le premier ministre, Philippe Couillard
Photo Simon Clark Le premier ministre, Philippe Couillard

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Couillard se défend d'avoir sacrifié son ex-ministre de l’Économie, Jacques Daoust, dans la foulée de la vente des actions de RONA, comme ce dernier le laisse entendre dans un document rédigé avant son décès.

Dans des écrits révélés par notre Bureau d’enquête qui s’apparentent à un testament politique, M. Daoust laisse entendre qu’il a été trahi et piégé par son propre directeur de cabinet, Pierre Ouellet, et par le chef de cabinet de Philippe Couillard à l’époque, Jean-Louis Dufresne.

Talonné par les partis d’opposition à la période des questions, le premier ministre a répété que les démarches menées par la vérificatrice générale dans la foulée de la vente des actions de RONA au géant américain Lowes ont, selon lui, déjà permis d’établir les faits.

Couillard contredit Daoust

Au Salon bleu, M. Couillard a soutenu que, contrairement à ce qu’affirme M. Daoust dans le document, «personne à [son] cabinet n’était au courant de cette transaction-là».

À l’instar de sa ministre de l’Économie, Dominique Anglade, le chef libéral a souligné que la transaction entre Lowes et Rona s’est faite avec le consentement des conseils d’administration des deux entreprises.

Le premier ministre en a profité pour rappeler qu’au plus fort de l’affaire RONA, les partis d’opposition «ont sali la réputation du regretté Jacques Daoust».

«Je n'aurais pas assez de cinq minutes pour faire la liste des insultes qui ont été dirigées de la part des deux partis d'opposition, et voilà, tout d'un coup, naturellement, ce matin, un changement assez spectaculaire de ton, a lancé M. Couillard. Mais moi, j'aime, j'aimais Jacques Daoust. Il a fait beaucoup pour le Québec.»

Assumer sa part de responsabilité

« Au lieu de prendre ses responsabilités il insulte ses adversaires », a pesté le chef caquiste François Legault, qui s’est dit « choqué » de la réaction de M. Couillard face aux questions des partis d’opposition.

«Ce qu'il faut retenir, c'est que le premier ministre du Québec ne croyait pas qu'une entreprise stratégique comme RONA devait avoir son siège social détenu par des Québécois», a déploré en point de presse le chef péquiste Jean-François Lisée.

«(M. Daoust) était opposé à la vente des actions d'Investissement Québec dans RONA», a ajouté M. Lisée, en tenant M. Couillard responsable «de la perte d'un siège social important».

Khadir peu surpris

«Je me demande combien d’autres mensonges, le bureau du premier ministre a fait avaler à d’autres ministres, a indiqué à son tour le député de Québec solidaire, Amir Kahdir. C’est un terrible désaveu ça, et ça montre tous les problèmes d’un gouvernement où les décisions sont concentrées dans le bureau de Philippe Couillard.»

M. Khadir s’est dit attristé, mais peu surpris des révélations de notre Bureau d’enquête, puisqu’elles correspondent à ce que M. Daoust lui avait raconté en privé, après son départ de la vie politique.

«Il continuait à maintenir qu’il n’avait pas menti, qu’on l’avait fait paraitre pour un pas bon, parce que lui était opposé à cette vente. Il le disait à qui mieux mieux, à tout le monde», a dit M. Khadir.