/sports/opinion/columnists
Navigation

Redonner le CH aux partisans

Dans son bureau, Geoff Molson a une incroyable collection de souvenirs du Canadien.
Photo Pierre-Paul Poulin Dans son bureau, Geoff Molson a une incroyable collection de souvenirs du Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Quand on entre dans le bureau de Geoff Molson, celui du coin au septième étage, on est frappé par la vue... et par l’incroyable collection de souvenirs du Canadien de Montréal.

On jette un coup d’œil sur les peintures, les statues et les figurines des légendes du CH et en faisant deux ou trois pas, on se retrouve devant une grande fenêtre qui donne sur la ville.

En bas, c’est le peuple. Les travailleurs. Les partisans du Canadien. Les vrais propriétaires du Canadien, paraît-il.

« Le premier qui a déclaré que le Canadien appartenait à toute la population, aux partisans, le tout premier, c’est mon grand-oncle, Hartland Molson. D’autres l’ont dit par la suite, mais Hartland Molson a été le premier. Il ne faut pas oublier ce qu’il a dit et il faut que ça reste vrai. C’est culturel, c’est la raison, c’est pour eux que nous faisons tout cela », ajoute vite Geoff Molson avant même de s’asseoir après avoir posé pour le photographe.

On est dans le jour un de la transparence...

TOUCHÉ PAR LE MÉCONTENTEMENT

Si le Canadien existe pour le peuple, alors Geoff Molson a dû être durement touché par ce que le peuple a pensé et a dit pendant cette saison catastrophique. Il le reconnaît, mais apporte des précisions : « Ce qui m’a le plus touché, c’est la déception des gens devant le rendement de l’équipe. J’ai reçu le message. J’ai compris et nous allons changer en profondeur notre façon de communiquer avec les fans en général. Nous allons faire preuve de plus de transparence et nous allons améliorer l’expérience offerte aux partisans au Centre Bell. »

« Mais il faut gagner. Il est important que les gens aient de l’espoir avant le début de la prochaine saison, qu’ils sentent que nous faisons des efforts. Les attentes sont très élevées. Il faut que les gens puissent être mieux informés. Que ce soit par les journaux, la radio ou Twitter. Si on veut discuter de ce qui se passe avec l’équipe, on doit avoir une meilleure communication, une meilleure information. Je suis déterminé à y arriver », de dire M. Molson.

Et comment ça pourrait se passer ?

D’abord en embauchant des gens compétents pour établir une politique. S’il peut se dégager de ses responsabilités chez National, Paul Wilson sera ce conseiller. Et chaque pierre sera retournée. Geoff Molson explique :

« Au lieu de toujours tenter de dire le moins possible, on va se demander comment en dire le maximum sans nuire aux joueurs et les mettre en danger. Par exemple, le bruit a couru il y a quelques semaines que j’avais rencontré Patrick Roy, à Boca Raton ou au mont Tremblant, je ne sais pas trop. Il aurait fallu le dire tout de suite. Non, je n’ai pas rencontré Patrick Roy. Point final. »

« Pour y arriver, il va falloir développer un nouveau mode de communication. Il va falloir développer de nouveaux réflexes. Ça ne sera pas évident pour tous, mais je suis décidé. Et on va y gagner. Quand Marc a échangé Jarred Tinordi aux Coyotes de l’Arizona, nous avons reçu deux joueurs. Le défenseur Victor Bartley et John Scott. Les gens se sont demandé pourquoi ces deux joueurs ? On aurait dû expliquer aux fans que le deuxième joueur a été acquis parce que les Coyotes voulaient absolument libérer un salaire. Les gens auraient compris », de dire M. Molson.

PROCHE DE SON DIRECTEUR GÉNÉRAL

Toute la longue entrevue permet de réaliser à quel point Geoff Molson est proche de Marc Bergevin. À quel point il est au courant des moindres détails de ce qui se passe dans le secteur hockey de l’organisation. C’est pour ça qu’il balaie du revers de la main les suggestions d’embaucher un président pour servir de tampon entre lui et Bergevin : « Il n’y a que cinq équipes qui ont choisi ce modèle dans la ligue. Ailleurs, le directeur général se rapporte directement au propriétaire. D’ailleurs, je passe beaucoup de temps à comprendre le travail du D.G. Je consulte Marc constamment. Je suis au courant des négociations avec les joueurs, je suis tout ce qu’il fait. Et j’apporte une pensée qui est différente de celle du directeur général. Je pense que c’est utile », dit-il.

ET LE PLAN ?

Et le plan ? Si Geoff Molson est si proche de Marc Bergevin, alors il connaît le plan ? Le grand et fameux plan pour relancer le Canadien.

« Oui, je le connais. Je sais quelles sont les personnes qui pourraient être remerciées. Mais il est impossible de prévoir si le plan est exécutable à 100 p. cent. Pour plusieurs raisons. On ne sait pas qui sera disponible sur le marché de l’embauche après la première ronde des séries. Habituellement, des gens sont congédiés après une élimination. Et puis, il y a le repêchage. C’est le 28 avril que le tirage au sort aura lieu pour le repêchage. Si nous sommes chanceux, alors on devine que le jeune Rasmus Dahlin changerait bien des données. On n’aurait pas à chercher qui jouerait à gauche de Shea Weber. Et enfin, il y aura le marché des joueurs autonomes le 1er juillet. Nous allons être très actifs, mais ça demeure un encan pour les meilleurs talents. On fait de notre mieux, mais c’est le joueur qui décide à la fin », d’expliquer Molson.

Si je résume, des employés secteur hockey sont déjà identifiés comme pouvant être remerciés. Mais il faut attendre que la situation se stabilise avant d’aller plus loin dans l’application du plan.

Autrement dit, si Dieu le Père lui-même ne peut prédire ce qui va se passer, les fans peuvent toujours y aller d’hypothèses, mais tout peut changer en quelques minutes.

DES MOIS À PENSER À ÉCHANGER P.K. SUBBAN

Quand Geoff Molson dit qu’il suit pas à pas le travail de Marc Bergevin, il n’exagère pas. Ce qui laisse quand même une très grande marge de manœuvre au boss du hockey. Par exemple, l’échange de P.K. Subban, il est évident que Bergevin ne pouvait expédier ailleurs un joueur aussi populaire que Subban sans obtenir l’aval du propriétaire. Mais j’ai été surpris d’apprendre que Geoff Molson avait réfléchi pendant des mois à cette transaction.

Comment ça ? Ça ne s’est pas passé en quelques jours à peine ?

« La décision qu’il faudrait sans doute échanger P.K. avait été prise des mois avant la transaction. Il fallait attendre la bonne occasion pour l’organisation. J’y ai pensé pendant des mois. Mais sans vouloir entrer dans les détails, il fallait faire un changement dans l’équipe. Quand Shea Weber est devenu disponible, la réflexion était déjà faite. Et je pense que la plupart des directeurs généraux estiment que nous avons fait une excellente transaction même si P.K. est une très grande vedette. »

ET LES FRANCOPHONES ?

En roulant vers mon rendez-vous avec Geoff Molson, j’écoutais Louis, de Mercier, à la radio qui plantait joyeusement le Canadien pour « tous ces bons petits Québécois qu’il avait laissé passer ». Là, Geoff Molson a bien retenu les chiffres lancés la veille par Marc Bergevin. Le Canadien compte sur quatre francophones dans l’équipe et selon Bergevin, ils sont 37 dans la ligue. Quatre, c’est dix p. cent. Pas si mal après tout.

Mais alors, le Canadien ne pourrait-il pas aider le développement du hockey québécois ?

« Mais on fait bien plus pour aider le hockey au Québec. Geneviève Paquette, en plus de la fondation, travaille constamment avec Hockey Québec. Et nous avons maintenant investi 25 millions pour construire et équiper dix patinoires à Montréal et dans les régions du Québec. C’est des centaines de milliers de jeunes qui vont pouvoir patiner et jouer au hockey. C’est un engagement important de notre part. Le Canadien est également impliqué dans l’athlète par excellence. Peut-on faire plus ? Sans doute que oui, alors nous allons travailler pour y arriver. On va encore rater des jeunes au repêchage, mais ce ne sera pas faute de volonté et d’efforts », se défend-il avec énergie.

DES BILLETS TROP CHERS ?

Repêcher des Québécois, c’est bien. Dire que l’équipe appartient aux partisans, c’est mieux. Mais comment le partisan peut-il se payer des tickets à 300 $ pour assister à un match ? Le CH n’est-il pas en train de se couper de sa première clientèle ? De devenir un objet de luxe ?

« D’abord, on est chanceux d’avoir 21 000 sièges. Ça permet d’offrir des billets à prix vraiment populaires dans les sections plus élevées. Je voudrais également souligner un point. Quand je suis arrivé avec le Canadien, le prix moyen du billet au Centre Bell était le troisième plus dispendieux dans la Ligue nationale. Aujourd’hui, nous sommes huitièmes ou neuvièmes. Je suis très content de ça. Et il n’y aura pas d’augmentation l’an prochain. Nous ne suivons pas la tendance lourde de la ligue », répond-il.

Ouf !

Un fan de Steve Shutt et de Chris Chelios

Geoff Molson est né et a grandi dans le hockey et le Canadien. Le samedi, on le voyait souvent à l’entraînement du matin au Forum. Il n’avait pas encore dix ans et il venait rencontrer ses idoles. À l’époque, c’était Steve Shutt. Puis ce fut Chris Chelios.

Ce super fan est maintenant propriétaire du Canadien, le trésor de la famille Molson à travers les décennies : « Et pourtant, je n’ai jamais vu le Canadien gagner la coupe Stanley en personne. Il va falloir la gagner pour que je vive enfin l’événement », dit-il en souriant.

Il poursuit : « Dans les années 70, j’étais trop jeune. En 1986, mon père avait emmené mon frère à Calgary, mais j’étais resté à la maison. Et en 1993, je travaillais à Atlanta chez Coke. Je n’ai pas le choix, faut gagner maintenant », dit-il en souriant.

Si ça peut lui faire plaisir, faut pas se gêner, ils seront deux millions à partager ce plaisir... même pas coupable.