/weekend
Navigation

Richardson Zéphir se la joue Sexy chocolat

Richardson Zéphir
Photo courtoisie Richardson Zéphir

Coup d'oeil sur cet article

Humoriste qui s’est fait découvrir il y a quelques années avec son personnage de Blackman, Richardson Zéphir connaît un joli début de carrière. Le Journal a posé quelques questions au comique de 40 ans qui tourne présentement son spectacle solo, Sexy chocolat.

Qu’y a-t-il dans ton spectacle Sexy chocolat ?

« Je fais une heure de stand-up et 30 minutes de personnages. Il y a deux personnages qu’on a vus à Zoofest, parce que beaucoup de gens voulaient les revoir. Je fais entre autres Blackman en chanson, pour faire une petite variante. Sinon, le volet stand-up, je l’ai travaillé au cours des deux dernières années. »

Depuis quand tournes-tu ce spectacle ?

« En fait, en 2016, j’ai d’abord présenté le spectacle Je vais mourir en premier dans le film, avec lequel je me suis promené un peu. J’ai gardé le meilleur de ce show-là et j’ai ajouté une nouvelle demi-heure pour faire le 90 minutes que j’ai maintenant. Avec Sexy chocolat, je suis déjà allé à Jonquière, Saint-Hyacinthe et Ottawa. »

Le titre Sexy chocolat fait référence à quoi ?

« Il y a un petit bout dans le spectacle où je parle d’Eddie Murphy et de la représentation des acteurs noirs que je voyais quand j’étais petit. “Sexy”, ça représente un peu le côté des personnages. Et “chocolat” parle plus de mon côté stand-up. Je trouvais le titre drôle. Et en me promenant à l’extérieur de Montréal, je voulais que le titre soit attrayant pour ceux qui ne me connaissent pas. »

Au Québec, quels humoristes ont été tes inspirations plus jeune ?

« J’ai été un grand amateur d’humour. Ce serait difficile d’en choisir un. Mais j’ai beaucoup aimé Anthony Kavanagh. J’écoutais les Samedis de rire avec Normand Brathwaite. J’ai aussi suivi Martin Matte. Et dernièrement, mes collègues comme Simon Leblanc et Olivier Martineau. Marie-Lise Chouinard, qui est une auteure, m’a aussi beaucoup influencé. C’est elle qui m’a convaincu de faire des personnages. »

Le public t’a découvert avec Blackman. Comment est né ce personnage ?

« J’avais engagé Marie-Lise Chouinard pour qu’elle me coache, en prévision d’aller faire les auditions d’En route vers mon premier gala Juste pour rire. Elle m’a suggéré de faire Blackman, qui est un personnage de la websérie qu’elle avait créée, Les aventures de Thierry Ricourt. [...] J’ai constaté plus tard l’impact que ç’a eu. Blackman était totalement capoté, différent. Je suis arrivé avec un personnage qui n’avait pas de bon sens dans une époque où tout le monde faisait du stand-up. »


►Pour toutes les dates de la tournée Sexy chocolat, de Richardson Zéphir, on consulte le www.richardsonzephir.com.