/news/politics
Navigation

Hommage «surprise» pour la députée Agnès Maltais

Le maire s’est joint aux militants pour souligner son engagement

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec, Régis Labeaume, s’est joint à Jean-François Lisée et aux militants péquistes de la Capitale-Nationale, mercredi soir, pour rendre un hommage « surprise » à la députée Agnès Maltais, qui s’apprête à quitter la vie politique.

​« Je suis heureux d’être ici, mais je ne peux pas dire que ça fait mon affaire. [...] Dans une relation, c’est pire pour ceux qui restent que pour ceux qui partent », a lancé le maire Labeaume, devant une foule militante réunie à l’auditorium de l’École nationale d’administration publique (ÉNAP).

« Nous partagerons, avec Régis, ce sentiment », a plus tard reconnu le chef du Parti québécois.

« Tu es l’authenticité incarnée, a dit M. Lisée. Une femme de gauche, droite et entière. [...] Une femme d’État », a fait valoir M. Lisée.

Courage

Le maire de Québec a profité de l’occasion pour souligner le courage dont Mme Maltais a fait preuve en parrainant, en 2011, le projet de loi 204 visant à sécuriser le financement public de l’amphithéâtre, qui avait fortement divisé le caucus péquiste à l’époque.

« T’as eu du guts ! Je pense que les gens de Québec t’adorent entre autres pour ça, a dit M. Labeaume. [...] Tu as fait le choix des gens de Québec. »

Lors d’une mêlée de presse, le premier magistrat a observé à quel point elle aura, pendant longtemps, été l’incarnation du Parti québécois à Québec.

« Jean-François Lisée n’aime pas ça quand je parle d’un gros trou à Québec, avec le départ d’Agnès, mais c’est tout un morceau à remplacer », a fait remarquer le maire.

Dans une vidéo, l’ex-première ministre Pauline Marois a énuméré les grandes causes pour lesquelles Mme Maltais s’est battue : l’égalité entre les hommes et les femmes, la culture, la lutte contre la pauvreté et les inégalités, notamment.

« Tu as toujours été présente pour défendre notre projet, notre projet politique, notre projet comme peuple, notre projet de pays. Merci pour tout cela », a dit Mme Marois, en lui rendant hommage à sa manière, comme l’ont aussi fait Robert Lepage, Roger Bertrand et Catherine Fournier, pour ne nommer que ceux-là.

En quête d’une cause

Âgée de 61 ans, Agnès Maltais, qui est native de Sault-au-Mouton, sur la Côte-Nord, représente la circonscription de Taschereau, à Québec, depuis 1998.

Réélue sans interruption depuis, elle a annoncé, à la mi-janvier, qu’elle se retirerait de la vie politique à la fin du mandat qui s’achève.

En entrevue avec Le Journal, il y a quelques semaines, Mme Maltais a confié qu’elle profiterait de l’été pour décider si elle amorcera une troisième carrière, après le théâtre et la politique.

« Je ne cherche pas une job, je cherche une cause. Je l’ai peut-être trouvée », a laissé planer Mme Maltais, mercredi soir, en s’engageant à conserver sa carte du PQ.