/news/currentevents
Navigation

L’avocat déchu de la mafia accepte la radiation à vie

Loris Cavaliere, <i>ex-avocat</i>
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Loris Cavaliere, ex-avocat

Coup d'oeil sur cet article

L’avocat déchu de la mafia montréalaise accepte d’être radié à vie de la profession, et il veut maintenant consacrer son temps à aider les plus jeunes à ne pas commettre les mêmes erreurs que lui.

« Il espère donner des cours aux plus jeunes, leur montrer quelle est la ligne à ne pas franchir », a expliqué l’avocat Richard Tawil jeudi, lors de l’audience de Loris Cavaliere devant le Conseil de discipline du Barreau du Québec.

Cavaliere, 64 ans, a longtemps été avocat criminaliste à Montréal. Il défendait de nombreux accusés liés au crime organisé italien. Mais en novembre 2015, la carrière de l’avocat a connu une fin abrupte, lorsqu’il a été arrêté pour gangstérisme, puis pour possession illégale d’arme à autorisation restreinte.

Il avait écopé de 34 mois de pénitencier et parallèlement, le syndic du Barreau a entamé des procédures pour l’empêcher à tout jamais d’exercer son métier, puisque les crimes commis avaient un lien avec sa profession.

« Les infractions qu’il a commises sont en contradiction avec l’essence même de la profession, il faut lancer un message clair que ce type d’infraction n’est pas acceptable », a plaidé Me Guylaine Mallette.

Pas contesté

L’audience de Cavaliere devait avoir lieu il y a plusieurs mois, mais elle a été reportée à deux reprises. L’avocat déchu, qui ne pratique déjà plus, a finalement accepté la sanction la plus lourde, jeudi.

« Je n’entends aucunement contester la demande de radiation permanente », a-t-il écrit dans une lettre déposée en preuve.

Le Conseil de discipline du Barreau a pris l’affaire en délibéré et devrait bientôt rendre sa décision finale.

Cavaliere, qui n’avait jamais eu d’ennuis avec le Barreau en plus de 30 ans de pratique, a quitté le pénitencier en novembre après avoir purgé neuf mois de sa peine. Lors de son audience devant la Commission des libérations conditionnelles du Canada, il a obtenu le droit de séjourner en maison de transition, pour une période de six mois.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.