/news/society
Navigation

CISSS de la Côte-Nord: controverse autour d'une table de conférence en quartz valant 38 000 $

CISSS de la Côte-Nord: controverse autour d'une table de conférence en quartz valant 38 000 $
Capture d'écran, TVA Nouvelles

Coup d'oeil sur cet article

SEPT-ÎLES – Un ancien membre du conseil d’administration de l’Hôpital de Sept-Îles juge aberrante la décision du Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) de la Côte-Nord d’investir 38 000 $ dans l’achat d’une table de conférence en quartz. Serge Lévesque croit que cet argent aurait dû être consacré aux soins offerts à la population de la région.

«C’est une aberration. C’est injustifié de toutes les façons», a-t-il dit.

Serge Lévesque ne comprend toujours pas la décision du centre de santé de la Côte-Nord d’avoir dépensé plus de 300 000 $ pour l’aménagement de deux salles de visioconférence, dont une est munie d’une table en quartz ayant coûté à elle seule 38 000 $.

«Surprise et déception. J’aurais cru que dans les restrictions budgétaires qui sont imposées au CISSS, on aurait établi des priorités visant principalement l’amélioration des soins pour les patients beaucoup plus que le confort des administrateurs», a dit M. Lévesque, qui est un administrateur d’expérience.

Serge Lévesque a été contrôleur financier à la minière IOC et vice-président finance de l’aluminerie Alouette. Il a aussi une longue feuille de route dans l’administration publique ayant notamment été maire de Sept-Îles pendant quatre ans. Il a siégé au conseil d’administration de l’Hôpital de Sept-Îles dans les années 1980, 1990 et 2010.

Devant les défis budgétaires du CISSS de la Côte-Nord, jamais il n’aurait autorisé le projet des salles de visioconférence.

«Ces dépenses-là se sont faites dans le cadre d’un déficit budgétaire prévisible de 14 millions $, il ne faut pas l’oublier. Ça y a contribué pour au moins 300 000 $.»

Les explications fournies par le CISSS pour justifier l’achat de la table à 38 000 $ le font sourire. Le choix du quartz a été fait pour une question de durabilité et d’entretien.

«En fait, c’est des tentatives d’explications qui, selon moi, ne justifient absolument rien», a dit M. Lévesque.

«Lorsqu’on ose dire que le choix du quartz a été fait en fonction de durabilité et de facilité d’entretien... Écoutez, il existe d’autres tables à Sept-Îles au CLSC qui sont en place depuis 50 ans et qui servent très bien pour les besoins. Ces tables ne sont pas détériorées, je les ai utilisées moi-même à maintes reprises», a-t-il poursuivi.