/news/politics
Navigation

Facebook écorché en comité à Ottawa

Kevin Chan
Photo tirée de Facebook

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Un grand patron de Facebook et ami du Parti libéral a défendu de peine et de misère ses liens privilégiés avec de nombreux ministres du gouvernement Trudeau alors qu’il n’est pas enregistré comme lobbyiste.

Le directeur de la politique publique de Facebook Canada, Kevin Chan, était de passage en comité, hier à Ottawa, pour expliquer le rôle de la multinationale dans le scandale Cambridge Analytica. Rappelons que les données personnelles de plus de 600 000 Canadiens ont été usurpées par la firme d’analyse de données, sous le nez de Facebook.

« Nous allons tout mettre en œuvre pour prendre les correctifs qui s’imposent afin de renouveler la confiance des utilisateurs », a plaidé M. Chan en français, ajoutant qu’il « s’excusait » auprès des Canadiens pour cette brèche dans leur vie privée.

Liens privilégiés

Les liens privilégiés de M. Chan, un ancien libéral, ont aussi retenu l’attention du néo-démocrate Charlie Angus. Ce dernier a noté que M. Chan a rencontré pas moins de cinq ministres libéraux dans les derniers mois, dont le puissant ministre des Finances, Bill Morneau.

Malgré cette proximité, Kevin Chan n’est pas enregistré comme lobbyiste, a déploré le député ontarien.

M. Chan s’est défendu en affirmant qu’il n’a pas besoin de s’inscrire au registre puisque la part de son travail associé au lobbying est inférieure au seuil prescrit par la loi.

« Facebook est loin d’approcher ce seuil », a-t-il commenté.

M. Angus a rétorqué que le commissariat au lobbying a justement sonné l’alarme à maintes reprises au sujet de cette limite, fixée à 20%.

Kevin Chang a aussi minimisé l’importance de sa rencontre avec le ministre Morneau. L’ancien conseiller de l’ex-chef libéral Michael Ignatieff dit avoir rencontré le grand argentier du pays pour lui expliquer comment diffuser en direct sur Facebook (Facebook Live).

Cette explication n’a pas convaincu Charlie Angus, qui s’en est plutôt moqué. «Lorsqu’une ampoule brule à la maison, je n’appelle pas le patron de General Electric», a-t-il ironisé.