/entertainment/tv
Navigation

MOI ET CIE: des gens forts dans des univers méconnus

Jean-Marie Lapointe, Maryse Proulx  et Louis-Simon Lamontagne
Photo Agence QMI, TOMA ICZKOVITS Jean-Marie Lapointe, Maryse Proulx et Louis-Simon Lamontagne

Coup d'oeil sur cet article

Forte du succès de Tu ne m’as pas tuée, Obèse: changer de vie, Je suis trans et Face à la rue, la chaîne spécialisée MOI ET CIE ne fait pas seulement le plein de docu-réalités pour amorcer sa saison estivale, mais elle en fait désormais son point d’ancrage.

«MOI ET CIE veut devenir la destination pour les gens qui aiment les histoires vraies», a indiqué lundi Suzane Landry, directrice principale Chaînes et programmation, Groupe TVA, alors qu’elle levait le voile sur la nouvelle identité de la chaîne, qui s’adresse désormais autant aux hommes qu’aux femmes.

«Mais pas n’importe quelle histoire, a-t-elle nuancé. Des histoires vraies où l’on va suivre des personnages forts, qui vont évoluer dans des univers méconnus». C’est-à-dire des récits tantôt bouleversants, tantôt intrigants, renversants et même attachants.

Nouvelle identité

«Le nouveau logo vise aussi à mettre en évidence les gens, les personnages qu’on veut suivre. Donc, la chaîne s’appellera MOI ET CIE, des histoires à vivre», a-t-elle ajouté.

Dans cette foulée, une nouvelle docu-réalité piquera la curiosité dès le 2 mai. À la manière de la série Six pieds sous terre, nous suivrons en 10 épisodes de 30 minutes «Les croque-morts», un couple de thanatologues attachants de Saint-Félix-de-Valois, qui reprend le flambeau de l’entreprise familiale de pompes funèbres et qui a ouvert les portes de son quotidien. Une réalité loin d’être banale.

Comme dans l’émission écrite par Alan Ball, le clan de Louis-Simon, notre héros, a été fortement ébranlé lorsque son grand-père Fernand Thériault, alors propriétaire de la compagnie funèbre, et son employé Maurice Ducharme ont perdu la vie en 2009 dans un accident sur la route 131. Leur corbillard a pris feu après être entré en collision avec une camionnette qui conduisait à sens inverse.

«Croque-morts»

C’est dans ces circonstances, très difficiles à gérer pour la compagnie familiale, que Louis-Simon a renoué avec une consoeur de classe, Maryse, venue prêter main-forte à un confrère en difficulté et, depuis, devenue sa conjointe et la mère de leurs deux fils, Colin (3 ans) et Louis-Olivier (2 ans).

«Nous avons accepté de nous embarquer dans cette émission pour démystifier la profession et briser les tabous, les légendes urbaines, comme le fameux croque-mort dans Lucky Luke, au visage vert entouré de vautours, a expliqué celui à la tête d’une entreprise familiale qui dure depuis 89 ans et s’étale sur quatre générations. Enfin on pouvait montrer aux gens que nous n’étions pas des gothiques qui vivent dans une caverne.»

Ainsi, on suivra le couple dans sa mission d’accompagner les défunts dans chacune des étapes le menant à leur dernier repos, au cimetière. À noter que les scènes d’embaumement ne sont pas choquantes et ont été filmées conformément aux règles de l’Ordre des thanatologues du Québec.

Par ailleurs, d’autres nouveautés débouleront en ondes à compter du 30 avril, dont Traqués et Pablo Escobar, raconté par son fils. Jean-Marie Lapointe reprendra également du service avec sa poignante série Face à la rue, qui sensibilise à la réalité de l’itinérance.