/world/europe
Navigation

Hommage à des soldats pro-nazis en Autriche: le gouvernement sous pression

Le chancelier Sebastian Kurz
Photo AFP Le chancelier Sebastian Kurz

Coup d'oeil sur cet article

Les autorités autrichiennes étaient sous pression mardi pour empêcher la tenue en mai d’une cérémonie annuelle commémorant le massacre en 1945 de membres des forces pro-nazies croates, devenue un lieu de rendez-vous de la mouvance nationaliste radicale.

«Il s’agit d’un événement organisé par l’Église» croate, a déclaré le chancelier Sebastian Kurz à la presse à propos de ce rassemblement prévu le 12 mai à Bleiburg, dans le Land de Carinthie (sud de l’Autriche).

«Cela signifie que la tenue de cet événement ne relève ni du gouvernement fédéral, ni du président de la région», a ajouté le chancelier, interrogé sur sa marge de manoeuvre pour interdire la cérémonie.

Le rassemblement de Bleiburg suscite chaque année des controverses en raison de l’utilisation de symboles nazis par des participants. Des milliers de Croates, surtout des miliciens fascistes oustachis, ont été exécutés dans cette région frontalière de l’ex-Yougoslavie. Ils s’étaient réfugiés en Autriche après l’effondrement du régime pro-nazi croate, mais avaient été finalement exécutés par des partisans du leader communiste yougoslave Tito.

«S’il y a violation du droit (autrichien), alors bien sûr, les autorités agiront de manière décisive», a toutefois assuré M. Kurz, qui gouverne depuis décembre avec le parti d’extrême droite FPÖ.

Le rassemblement de Bleiburg est «l’une des plus grandes rencontres fascistes d’Europe», avait critiqué lundi le Centre de documentation et d’archive sur la Résistance (DÖW), une organisation de référence dans la recherche sur le nazisme et le néonazisme en Autriche.

Plusieurs eurodéputés autrichiens, toutes tendances politiques confondues, ont demandé lundi l’interdiction de la manifestation.

Le président de la région de Carinthie, le social-démocrate Peter Kaiser, a réclamé mardi l’interdiction des symboles oustachis en Autriche, de la même manière que l’affichage de symboles nazis tombe sous le coup de la loi.

Les autorités religieuses de Carinthie ont affirmé avoir écrit à leurs homologues croates pour leur rappeler que l’événement doit être exclusivement religieux, sans discours politique, symboles, uniformes ou bannières.

Si ces conditions ne sont pas respectées, cette cérémonie religieuse annuelle ne sera plus autorisée à l’avenir, a déclaré le diocèse de Gurk-Klagenfurt dans un communiqué.

Des responsables politiques croates ont déjà assisté aux cérémonies de Bleiburg. Les autorités croates sont régulièrement accusées de chercher à relativiser, voire à nier, les atrocités commises par les Oustachis.