/news/currentevents
Navigation

L’homme qui a menacé de mort Guy Nantel plaide coupable

Jean Darveau
Photo Facebook Jean Darveau

Coup d'oeil sur cet article

L’homme accusé d’avoir menacé les humoristes Guy Nantel et Mike Ward ainsi que l’ex-dragon François Lambert a plaidé coupable mardi matin aux trois chefs d’accusation qui pèsent contre lui.

Jean Darveau reviendra en cour jeudi pour les représentations sur la peine.

L’accusé a répondu d’une voix tremblante « Oui, monsieur le juge », lorsque le magistrat Paulin Cloutier lui a demandé s’il enregistrait trois plaidoyers de culpabilité mardi à la cour municipale de Québec.

« Balle dans la tête »

Jean Darveau, 48 ans, s’en était pris à Guy Nantel sur Facebook après la première de son nouveau spectacle en novembre 2017, proférant des menaces de mort à l’endroit de l’humoriste.

Après avoir saisi son ordinateur pour cette première offense, les enquêteurs avaient découvert des menaces contre Mike Ward et François Lambert, deux autres personnalités bien connues du showbiz québécois.

À la demande du juge, le procureur de la couronne Steve Marquis a procédé à la lecture des faits reprochés à l’accusé, notamment les propos suivants, qu’il a tenus sur les réseaux sociaux.

« Jusqu’où es-tu capable d’aller pour défendre ton ostie de définition d’abrutis sur la liberté d’expression ? Pour la mienne, je suis prêt à tuer et mourir, not kidding moron. [...] Toi Ward et moi dans le même ring. Le dernier vivant gagne. [...] Je vais te mettre une balle dans la tête, je vais passer à l’acte bientôt. »

Questionné à savoir si les faits énumérés étaient bel et bien exacts, Jean Darveau a acquiescé, répondant à nouveau d’un faible « oui, monsieur le juge ».

Dossier reporté

Les avocats des deux parties étaient initialement prêts à boucler le dossier mardi matin, mais la cause a finalement dû être reportée.

La couronne souhaitait notamment s’assurer que les trois victimes, Guy Nantel, Mike Ward et François Lambert, ne manifestaient pas le désir de se faire entendre avant le prononcé de la sentence.

L’enquêteur au dossier ayant dû s’absenter du bureau, la poursuite n’a pas été en mesure d’obtenir à temps la réponse des victimes ou de leur représentant.

Les représentations sur la peine ont donc été reportées à jeudi matin.

Selon l’avocat de la défense, Me Eliot Girard-Tremblay, une suggestion commune sur la peine de Jean Darveau devrait être déposée par les deux parties.