/24m/job-training
Navigation

Perspective de femme : « Pourquoi j’aime la construction »

Female Construction Worker with Thumbs Up Holding Level Wearing Gloves, Hard Hat and Protective Goggles at Construction Site
Andy Dean - stock.adobe.com

Coup d'oeil sur cet article

Philippe Jean Poirier — 37e AVENUE

 

Pour Annick Sénécal, il n’était pas question de passer sa vie derrière un bureau. Le 9 à 5 ? Très peu pour elle.

« Dès mon plus jeune âge, j’avais un don pour la construction, raconte-t-elle. J’ai donc toujours été attirée par ce métier-là. J’aimais aussi le défi de réussir dans un métier non traditionnel, moins commun pour les femmes. »

Fonceuse et autodidacte, la charpentière-menuisière a gravi les échelons un à un. Elle a travaillé pendant quelques années dans une usine de comptoirs — ce qui lui a donné des repères en menuiserie — avant d’amorcer sa carrière dans la construction, sans passer par les bancs d’école.

Ce qu’elle aime de son métier ? « Le fait que ce n’est pas redondant. Les lieux et les bâtiments changent, et on côtoie différentes personnes d’un projet à l’autre. »

Annick Sénécal reconnaît que le monde de la construction est encore largement un monde d’hommes. D’où l’importance d’être solidaire entre femmes. C’est d’ailleurs une femme qui lui a donné son premier emploi. Et aujourd’hui, maintenant qu’elle a sa propre entreprise spécialisée en isolation, A. C. W. Construction, elle peut rendre la pareille.

« Ce n’est pas que je tiens absolument à embaucher des femmes (A. C. W. construction compte 7 femmes et 1 homme), mais je me rends compte qu’elles ont une grande motivation à prouver qu’elles méritent leur place, et ça fait de très bonnes employées ! »