/entertainment/music
Navigation

Edouard Brathwaite: sur les traces de son père

À 21 ans, Edouard Brathwaite aspire également à une carrière artistique

Edouard Brathwaite
Photo Ben Pelosse Edouard Brathwaite se dit prêt à explorer les différentes avenues qui pourraient s’offrir à lui.

Coup d'oeil sur cet article

Il s’intéresse à l’animation, suit des cours de théâtre, chante et sait jouer de plusieurs instruments. À l’instar de son père, ainsi que du plus célèbre des Gaulois, serait-il possible qu’Edouard Brathwaite, le fils de Normand, soit tombé dans la potion magique quand il était petit ? Peut-être bien.

Bien qu’il nous présente aujourd’hui une reprise de la chanson God’s Plan de Drake, le jeune homme de 21 ans était loin d’être convaincu de vouloir suivre les traces de son père, jusqu’à récemment.

D’un tempérament plutôt timide (à première vue, du moins), habité par une modestie qui a bien failli faire taire ses élans artistiques, Edouard a longtemps craint d’avoir l’air prétentieux s’il tentait sa chance dans le showbiz.

« J’ai voulu aller voir ailleurs, faire autre chose. Je me disais : combien de Brathwaite peuvent être assez talentueux pour pouvoir gagner leur vie dans le milieu ? a-t-il expliqué en faisant référence à son père, mais aussi à sa sœur, la chanteuse Elizabeth Blouin-Brathwaite. Je me disais que peut-être, ça s’arrêtait à moi. »

Ainsi, le jeune homme a travaillé dans une usine de laminage et dans le domaine de la construction avant de changer son fusil d’épaule.

« Si ça avait été juste de moi, je ne me serais probablement jamais lancé, parce qu’il y a tellement d’artistes talentueux. C’est difficile de se dire qu’on a une place là-dedans, qu’on a quelque chose à offrir [...] Le moment où ç’a commencé à devenir une possibilité réelle, pour moi, c’est lorsque j’ai commencé à m’entourer de gens qui croyaient plus en moi que moi-même. »

Duo

Parmi eux, on compte la chanteuse Audrey Miscioscia, mieux connue sous le nom d’artiste Miosa. Les fans de La Voix la reconnaîtront peut-être, puisqu’ils ont pu la voir dans le cadre de la troisième saison du célèbre concours de TVA, où elle a côtoyé le coach Marc Dupré.

« Audrey, c’est comme un miracle de l’avoir retrouvée, a dit Edouard au sujet de sa complice, avec qui il a recommencé à faire de la musique il y a moins d’un an. C’est elle qui m’a fait réaliser que ce n’est pas une mauvaise chose d’avoir un talent, que ça ne devrait pas être une croix à porter. »

D’ailleurs, c’est la jeune femme de 24 ans qui nous a contactés pour nous parler de la reprise de God’s Plan qu’elle interprète aux côtés d’Edouard, avec qui elle forme un duo.

« C’est une première collaboration officielle, mais il y en aura d’autres, nous a-t-elle expliqué. Edouard écrit aussi des chansons, alors nous espérons pouvoir présenter du matériel original, un jour. »

Soutien familial

En plus du soutien d’Audrey, Edouard peut compter sur l’appui inconditionnel de ses parents, qui n’ont jamais exercé de pression sur lui pour qu’il fasse carrière dans le milieu artistique.

« Ils sont vraiment respectueux, dans le sens où ils essaient de ne pas s’impliquer outre mesure. Ils sont contents pour moi, mais ils savent très bien que la suite des choses n’est pas entre leurs mains. »

Malgré tout, son père et sa mère (la productrice Marie-Claude Tétreault) ont tenu à le prévenir qu’il n’avait pas choisi un domaine « facile ».

« Mon père m’a bien dit que c’est un dur métier. Une seconde, le public peut t’adorer et le lendemain, les gens peuvent te détester. Mais ça, je le savais déjà, puisque j’en ai été témoin aux premières lignes. »

► On peut entendre la reprise de God’s Plan d’Edouard Brathwaite et Miosa sur Instagram (@edouardbrathwaite et @miosamusic) et sur YouTube (Miosa).

« Un diamant brut »

L’agente d’artistes Ginette Achim, qui cumule près de 35 ans de métier, compte parmi les personnes qui ont encouragé Edouard à explorer ses aptitudes artistiques, au cours des derniers mois.

« Edouard, c’est un diamant brut. Il a un regard exceptionnel », a-t-elle affirmé, allant même jusqu’à dire qu’elle avait ressenti le même genre d’émotion lors de sa première rencontre avec Marina Orsini, lorsque cette dernière avait 14 ans.

« J’ai parti la carrière de beaucoup de jeunes. Il y en a certains pour qui, au premier abord, tout n’est pas encore là, mais tout est à découvrir, a-t-elle ajouté. Je pense que dès que la confiance va s’installer encore plus, chez lui, nous allons découvrir quelqu’un d’assez extraordinaire. »

Marquant

C’est à la demande de Marie-Claude Tétreault, la mère d’Edouard, que l’agente a accepté de rencontrer le jeune homme pour discuter de ses questionnements par rapport à son avenir dans le milieu. Pour l’instant, aucune entente ne lie les deux parties.

« On m’avait déjà complimenté, mais souvent, ça venait de personnes qui travaillent de près ou de loin avec mon père », nous a expliqué le principal intéressé.

« Ce qui est génial avec Ginette, c’est qu’elle ne fait pas partie de cette bulle-là, a-t-il ajouté. Elle ne connaît pas mon père plus qu’il le faut. D’entendre de sa bouche qu’il y avait quelque chose à aller explorer, ça m’a fait un bien immense. »

Divertir

Suivant les conseils de l’agente, qu’il considère aujourd’hui comme une amie, Edouard a récemment décidé de s’inscrire à des cours de théâtre, ce qui constitue une étape « importante » dans son parcours.

« Si on m’avait suggéré, il y a un an, de passer une audition pour pouvoir suivre des cours de théâtre, j’aurais refusé. Je serais resté chez nous », a-t-il admis.

Demandez-lui si le jeu l’allume davantage que la musique ou l’animation, et il vous répondra que ce qui lui plaît réellement, c’est l’idée de pouvoir divertir les gens, peu importe la façon.

« Si ce que je fais peut faire plaisir à quelqu’un et lui apporter du bonheur, c’est tout ce qui compte à mes yeux. »