/24m/city
Navigation

Yeux fermés au conseil municipal: Luc Ferrandez sort de ses gonds et se défend

Yeux fermés au conseil municipal: Luc Ferrandez sort de ses gonds et se défend
Photo d'Archives

Coup d'oeil sur cet article

Le maire du Plateau-Mont-Royal Luc Ferrandez s’est défendu et a accusé les médias de ternir sa réputation, alors qu’il semblait somnoler lundi soir lors de la période de questions des citoyens au conseil municipal.

M. Ferrandez s’est défendu de s'être assoupi et a accusé les médias de ternir sa réputation. Lorsqu’il a été abordé par les journalistes en marge du conseil municipal mardi, il s’en est pris directement aux médias de Québecor, dont le «24 Heures» et TVA Nouvelles.

«Toi, je ne te parle plus, a-t-il lancé au journaliste de TVA Nouvelles. Tu fais partie d’un groupe qui fait du salissage, c’est de la persécution. J’espère que ça enregistre, il y a des limites à s’attaquer à ma réputation comme cela de façon superficielle.»

Questionné par le «24 Heures» à savoir s’il manquait de respect aux citoyens en fermant les yeux lors de la période de questions, ce dernier s’est défendu en disant que ce sont plutôt les médias qui lui manquent de respect en partageant ce genre d’information.

Pendant que son collègue Éric Alan Caldwell, responsable des transports, répondait lundi soir à une question d’un citoyen à propos de panneaux lumineux, le maire du Plateau a fermé ses yeux et appuyé sa nuque sur sa chaise pendant 20 secondes.

Une quinzaine de minutes avant la fin du conseil, il a fermé de nouveau 21 secondes ses yeux alors que son collègue M. Caldwell parlait cette fois de panneaux d’information électroniques.

Le «HuffPost Québec», la station de radio CJAD et l’émission «Infoman» ont aussi rapporté la situation mardi.

Quatre heures de sommeil

«Je suis sans doute l’un des élus qui travaillent le plus fort, qui a le plus de responsabilités et qui est le plus présent à la fois dans les médias et à l’hôtel de ville, a ajouté le maire du Plateau pour se défendre. On a le droit de fermer les yeux pendant un conseil qui dure six heures alors qu’on dort quatre heures par nuit.»

La séance du conseil municipal a débuté lundi à 13 h avant d'être suspendue à 22 h pour reprendre mardi à 9 h 30 et se conclure à 16 h 30. Sans compter les pauses, elle aura duré plus de 12 h.

Pas de boycottage

Le chef intérimaire de l’opposition Lionel Perez s’est dit préoccupé par la réaction de Luc Ferrandez, et espère qu’il va se rétracter. «Le message que ça envoie, c’est "si je n’aime pas ce que vous faites dans un domaine, je veux me permettre de ne pas vous parler dans un autre domaine"», a-t-il soutenu.

L’attaché de presse du comité exécutif Youssef Amane a par la suite assuré qu’«aucun média ne serait boycotté par les élus», incluant Luc Ferrandez.

La semaine dernière, «Le Journal de Montréal», aussi propriété de Québecor, rapportait que M. Ferrandez avait reçu une contravention pour avoir roulé à BIXI à sens inverse.

Le «HuffPost Québec» a rappelé mardi que lorsque Luc Ferrandez est devenu chef par intérim de Projet Montréal en 2015, il est passé de cancre à élève modèle en termes de présence au conseil municipal. Ayant été longtemps l'élu qui manquait le plus de séances, il avait même été menacé d'expulsion en 2012.