/opinion/columnists
Navigation

En français, que cela vous plaise ou non

Coup d'oeil sur cet article

Longtemps, la langue française a été un sujet réactif, au Québec. Des années 1960 à la fin des années 1980, elle a été au cœur de nombreuses manifestations. Les Québécois en avaient assez de vivre en étrangers dans leur propre pays.

Mais depuis 20 ans nous assistons au refroidissement de la question linguistique. Est-ce un effet de la loi 101 ? Les Québécois semblent éprouver un sentiment de sécurité linguistique. Et l’actualité des dernières années poussait à la valorisation de l’anglais, et même du franglais, comme s’ils s’accordaient mieux à la mondialisation et l’âge de la diversité.

Vital

Les défenseurs du français étaient ringardisés. Des enfumeurs médiatiques, invités sur tous les plateaux télé et qui aiment se donner un air rassurant, manipulent jovialement les statistiques pour nous faire croire que tout va bien.

Mais il semble qu’au fond d’eux-mêmes l’envie de vivre des Québécois ne soit pas complètement éteinte. Le Mouvement national des Québécoises et Québécois et la Fondation Lionel-Groulx ont révélé avant-hier les résultats d’un sondage étonnant : 73 % des Québécois considèrent qu’il faut une maîtrise au moins minimale du français pour demeurer au Québec. Le tout s’élève à 79 % quand on s’intéresse à l’avis des francophones.

De même, 84 % croient que les cours de français devraient être obligatoires pour les immigrés. Et les francophones sont 91 % à le penser; 85 % des francophones pensent aussi que la francisation est un enjeu vital pour le Québec. En d’autres termes, la propagande médiatique visant à leur faire croire qu’ils peuvent désormais penser à autre chose n’a pas complètement neutralisé leur sens du réel et leur sentiment national.

Cette bataille, quoi qu’on en pense, se joue à Montréal. Et c’est là que les choses se compliquent. Montréal s’est de plus en plus mentalement séparée du Québec depuis le dernier référendum. L’immigration massive a profondément transformé la composition de la population. Les Québécois francophones y pèsent de moins en moins. Le Bonjour-Hi est devenu le symbole d’une bilinguisation de la métropole qui n’est rien d’autre que le masque de son anglicisation. Et la situation ne va pas en s’améliorant.

Si la tendance se maintient, nous nous retrouverons avec deux pays dans un, et l’indépendance du peuple québécois, privé de sa métropole, deviendra alors une impossibilité pratique.

L’enjeu, c’est la reconquête de Montréal, pour en refaire une métropole francophone, assumant son enracinement québécois. Le prochain gouvernement devrait en faire un objectif politique prioritaire en s’appuyant sur la volonté profonde de la population.

Urgence

Évidemment, la souveraineté serait la meilleure solution à ce problème. Elle n’est pas au programme actuellement. Mais un programme s’impose : replacer la majorité historique francophone au cœur de notre vie collective. Affirmation de la langue française et de la laïcité, mise en place d’un vrai modèle d’intégration à la québécoise et rejet du multiculturalisme canadien, réduction significative des seuils d’immigration : elle doit s’affirmer dans tous les domaines. C’est seulement à cette condition que le français pourra être sauvé et retrouver ses droits au Québec.