/news/society
Navigation

Les douaniers sommés de se taire

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | L’Agence des services frontaliers (ASFC) rappelle ses douaniers à l’ordre en leur demandant de cesser d’informer les journalistes au sujet du phénomène des migrants irréguliers qui entrent au pays.

Dans une note interne obtenue par Le Journal, le fédéral rappelle à ses employés que « seuls les porte-parole désignés peuvent faire des déclarations ou des observations aux médias à propos des opérations sur le terrain ».

Le message daté du 12 avril souligne que « les médias s’intéressent beaucoup » au travail de l’ASFC, particulièrement depuis « la hausse du nombre de demandeurs d’asile à la frontière » durant « la fin de semaine de Pâques et les jours qui ont suivi ».

Devoir de réserve

Un porte-parole du bureau du ministre de la Sécurité publique, responsable de l’Agence, confirme l’envoi de la note interne.

« Nous tenons à souligner que le gouvernement du Canada et l’ASFC adhèrent à la promotion de la transparence tout en respectant l’importance de protéger l’information de nature opérationnelle », se défend Dan Brien, dans un échange de courriels avec Le Journal.

Sur le terrain, la directive irrite des douaniers qui souhaitent donner l’heure juste à la population en passant par les médias.

« C’est quand même déconcertant, confie un agent de terrain sous le couvert de l’anonymat au sujet de la directive. Il y a une loi du silence qui perdure depuis l’été dernier. »

Transparence

Depuis le début de l’afflux de migrants il y a maintenant plus d’un an, les autorités fédérales ont souvent été critiquées pour leur manque de transparence.

Par exemple, il était impossible de connaître le nombre officiel de demandeurs d’asile qui se présentaient à la frontière au plus fort de la crise, l’été dernier, malgré l’insistance des médias. Seuls les douaniers communiquaient ces informations aux journalistes de façon informelle.

Ces données sont maintenant régulièrement mises à jour par Ottawa, mais il est encore parfois difficile d’obtenir des informations en temps opportun.

Les agents se plaignent eux aussi d’être laissés dans le noir. « On est les premiers intervenants, souligne la même source bien au fait du dossier. On devrait être clairement informés du plan de match. »

« S’il y a une autre crise comme l’été dernier, est-ce que c’est l’armée qui va encore être appelée en renfort ? On ne le sait pas. »