/news/health
Navigation

Temps d’attente aux urgences en baisse: des statistiques trompeuses?

Coup d'oeil sur cet article

Des statistiques dévoilées lundi révélant que le temps d'attente moyen dans les urgences du Québec est à la baisse seraient faussées, a avancé le Parti québécois mercredi.

Les chiffres dévoilés par TVA Nouvelles démontraient que la situation s’améliorait dans 88 salles d'urgence du Québec, alors que le temps moyen d'attente sur civière aurait diminué de trois heures en quatre ans.

De nouveaux chiffres obtenus par le Parti québécois (PQ) viennent toutefois nuancer cette bonne performance. Des patients sur civière qui devraient rester aux urgences sont souvent déplacés dans des unités de débordement et viendraient fausser les statistiques, selon le PQ.

«Quand on voit que le temps d'attente à l'urgence atteint un certain nombre d'heures – admettons, 24 heures –, on transfère ces gens-là aux unités de débordement. Alors, ça vient vraiment camoufler le vrai temps d'attente des gens sur civière», a expliqué Diane Lamarre, porte-parole péquiste en matière de santé.

L’Hôpital de Hull, à Gatineau, est le plus familier avec cette pratique. En moyenne, il a sorti 31 patients de l'urgence par jour au cours de la dernière année, soit 13 de plus que l'année précédente.

La situation s’apparente aussi à ce qui se passe dans les centres hospitaliers Charles-Le Moyne, du Haut-Richelieu et à l'Institut universitaire en santé mentale.

Gaétan Barrette, ministre de la Santé, a toutefois tenu à défendre les statistiques utilisées. «Ça fait au moins depuis l'année 2000 qu'on mesure la performance des urgences avec les mêmes paramètres», a-t-il affirmé.

Le Conseil pour la protection des malades estime pour sa part que les choses iraient nettement mieux si Québec avait ajouté tous les lits de soins de longue durée comme il l’avait promis, question de déplacer pour de bon les personnes âgées qui encombrent les urgences.

«L'objectif canadien, c'est huit heures. Alors quand monsieur Barrette souhaite 12 heures, on est très loin [...] On a le pire temps d'attente au Canada pour les patients sur civière», a analysé le président-directeur général du Conseil, Me Paul G. Brunet.