/opinion/columnists
Navigation

Abus de fillettes à la CSDM

Coup d'oeil sur cet article

Je vais vous entretenir d’une cérémonie religieuse musulmane qui aura lieu ce dimanche dans une école publique de Montréal, mais s’il s’agissait d’un baptême évangélique, ou d’une bar-mitsvah, j’aurais une réaction semblable. Moins l’aspect maltraitance, unique à ce cas.

La CSDM se cache derrière la Charte des droits pour accepter que se tienne à l’école Joseph-Papineau la « cérémonie du voile » pendant laquelle des fillettes, aussi jeunes que 8, 9 ans, jureront devant Allah et leurs proches qu’elles feront tout pour porter le voile islamique jusqu’à leur mort.

La Charte, qui a le dos large, est instrumentalisée par le Centre communautaire musulman de Montréal et par la CSDM qui lui loue une salle pour embrigader des petites filles dans une démarche religieuse contraignante pour le reste de leur vie.

En 2016, la présidente de la CSDM, Catherine Harel-Bourdon, se disait préoccupée de voir de plus en plus d’élèves porter le voile avant la puberté. Et maintenant ?

Cérémonie annuelle

Cette cérémonie, appelée « taklif », organisée chaque année par un centre chiite pro-Iran, n’est pas imposée par l’islam.

En 2014, le père d’une fillette qui avait participé à la cérémonie avait expliqué au Journal que les « femmes portent le voile et des vêtements amples pour que les hommes ne les traitent pas comme des objets sexuels ».

Madame Harel-Bourdon, vous louez vos salles à des gens qui croient qu’une fillette est un objet sexuel qui doit être couvert d’un voile à neuf ans ?

Mais, je m’inquiète probablement pour rien du tout.

Si j’en crois le message que j’ai reçu de votre Service de communications hier, le permis qui a été demandé à la CSDM « prévoit » une pièce de théâtre et l’occupation du hall d’entrée. Rien de plus.

Désolée madame Harel-Bourdon, vous avez été enfirouapée.