/sports/fighting
Navigation

«Je ne viendrai pas en touriste» - Karim Achour

Le prochain adversaire de Lemieux entend surprendre

Karim Achour affrontera David Lemieux le 26 mai à Québec.
Photo Action Images, Ed Sykes Karim Achour affrontera David Lemieux le 26 mai à Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il possède deux ceintures mineures du WBC, Karim Achour est établi comme le négligé dans son combat contre David Lemieux, le 26 mai au Centre Vidéotron. Toutefois, cette étiquette n’énerve pas le principal intéressé.

Achour (26-4-3, 4 K.-O.) se pointera à Québec avec l’intention de reprendre la route vers sa ville natale avec ses ceintures WBC international et WBC francophone dans ses valises.

« Je ne viendrai pas en touriste, a souligné Achour lors d’une entrevue téléphonique avec Le Journal de Montréal. Je veux livrer une grosse performance physique et je souhaite laisser ma trace au Canada. »

Pour son duel le plus important en carrière, le boxeur de Port-Sainte-Maxence n’a pas l’intention de changer son style, qui lui a procuré du succès jusqu’à maintenant.

« J’aime mettre de la pression sur mes adversaires, a-t-il souligné. Je suis capable d’être physique et je serai capable de répondre à Lemieux à ce niveau.

« Je vais combattre avec mes armes et je crois que je vais lui causer des difficultés. »

Pas un danseur

Achour a analysé le style de Lemieux au cours des dernières semaines et il a une bonne idée de ce qui l’attend.

« Je sais que c’est un boxeur physique et qui aime bien combattre à distance. Il semble avoir une bonne force de frappe », a souligné le Français.

Bien sûr, il a eu la chance de regarder le combat entre Lemieux (38-4, 33 K.-O.) et le champion WBO des poids moyens, Billy Joe Saunders, en décembre dernier.

« Saunders lui a donné une leçon lors de cette soirée, a indiqué Achour avec justesse. Toutefois, il ne faut pas tirer de conclusion à propos de ce combat. C’est seulement un combat.

« Pour ma part, je ne changerai pas mon style pour imiter celui de Saunders. Je vais me battre avec mes forces. Je ne suis pas Billy Joe Saunders. »

Ce qu’il ne sait pas, c’est qu’il devra composer avec un David Lemieux qui aura le couteau entre les dents. Le Québécois a besoin d’une victoire convaincante pour effacer les doutes à son sujet.

Passer au niveau suivant

Achour se battra à l’extérieur de l’Europe pour la première fois de sa carrière. Qu’est-ce qui l’a poussé à accepter un défi aussi dangereux ?

« C’est une bonne opportunité qui s’est offerte à moi, a souligné celui qui est dirigé par Giovanni Boggia. J’ai les deux ceintures mineures du WBC. Si je n’avais pas été confiant de les conserver, je n’aurais pas accepté le duel contre Lemieux.

« Je crois que je suis rendu au point de passer au prochain niveau, soit l’élite mondiale. J’estime que je n’ai rien à envier aux boxeurs qui en font partie. »

La dernière fois que Lemieux a croisé le fer avec un Français, c’était Hassan N’Dam. Il l’avait envoyé au plancher à plusieurs reprises pour devenir champion du monde IBF.

Même si le combat du 26 mai contre Achour n’a pas le même prestige, David Lemieux sait que sa marge de manœuvre sera similaire à celle de sa soirée de juin 2015. Une défaite et il devrait oublier les combats d’envergure pour le reste de l’année.