/news/currentevents
Navigation

Il faisait semblant de dormir pour toucher des femmes dans l'autobus

Giovanni Akplogan, 39 ans, à sa sortie de la salle d'audience du palais de justice de Longueuil, vendredi matin.
Photo courtoisie, Carl Vaillancourt Giovanni Akplogan, 39 ans, à sa sortie de la salle d'audience du palais de justice de Longueuil, vendredi matin.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de 39 ans qui faisait semblant de dormir pour toucher les parties génitales de femmes dans l’autobus n’aura pas de casier judiciaire, même s’il a plaidé coupable d’avoir agressé sexuellement cinq femmes sur une période de sept mois.

Giovanni Akplogan utilisait la ligne d’autobus reliant Delson et Montréal, de décembre 2016 à juillet 2017. Pendant les trajets, il simulait un sommeil profond pour ensuite poser ses mains sur les cuisses et l’entrejambe de femmes assises à côté de lui.

Les attouchements sexuels ont été rapportés à la Sureté du Québec par cinq victimes, dont l'une n’était âgée que de 17 ans.

Une femme a même dû recourir à un psychologue après avoir été agressée de cette façon, ce qui lui a coûté plus de 1700 $.

M. Akplogan avait plaidé coupable à cinq chefs d’accusation d’agression sexuelle en janvier dernier. Le juge Ricard Marleau de la Cour du Québec lui a accordé hier matin une absolution inconditionnelle, comme le réclamait la défense. C’est donc dire que M. Akplogan, bien que reconnu coupable, n’aura pas de casier judiciaire et ne sera tenu de respecter aucune condition particulière.

Le juge Marleau a indiqué qu'une démarche entreprise par  M. Akplogan donne à penser que les risques de récidive, dans son cas, sont très minces.

«Monsieur a plaidé coupable à la première occasion, ne cherchant pas à fuir sa responsabilité. Il a reconnu ses gestes. Il s’est dit désolé de ses agissements. Il a poursuivi une thérapie sexologique et le rapport est très positif. C’est pour cette raison que le tribunal va suivre la proposition de la défense», a expliqué le juge en rendant une décision conforme à la recommandation de MAbdou Gaye, avocat de la défense.

De son côté, la Couronne avait demandé une probation de deux ans.

Déviance sexuelle

Selon le rapport de la thérapie sexologique que M. Akplogan a suivie ces derniers mois, ce dernier aurait développé une déviance sexuelle de «frotteurisme» à la suite d'événements qui se seraient produits dans son enfance.

Toutefois, la thérapeute de l’homme de 39 ans a noté plusieurs progrès chez son client dans les derniers mois.

«La thérapeute affirme que monsieur est en mesure, désormais, de contrôler son comportement déviant. Il a développé des outils pour contrôler cette pulsion», a lu le juge.