/news/transports
Navigation

Air Canada expulse une mère qui tenait à s'asseoir aux côtés de son fils de 4 ans

Air Canada
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Une Torontoise qui devait voler avec son fils de 4 ans à bord d’un avion d’Air Canada a été expulsée juste avant le décollage après qu’elle eut demandé à plusieurs reprises des explications à savoir pourquoi elle ne pouvait pas s’asseoir aux côtés de son enfant.

Heather Morton avait acheté deux billets en classe affaires pour faire vivre une expérience à son jeune fils, elle qui voyage habituellement en classe économique, a rapporté Global News.

La femme et son fils avaient reçu leurs billets pour le vol assurant la liaison Francfort, en Allemagne, et Toronto, après s’être enregistrés. Ils avaient obtenu des sièges adjacents se trouvant à la septième rangée derrière la cabine de pilotage.

«Rien n’indiquait qu’il y avait un problème avec le fait qu’il s’assoit à côté de moi, a-t-elle relaté en entrevue, précisant que le système de réservation d’Air Canada avait permis la sélection de ces sièges.

Toutefois, plus de 90 minutes avant le décollage, elle dit qu’on l’a prévenue que les sièges qu’on lui avait assignés n’étaient plus disponibles et qu’elle devrait s’asseoir derrière son fils, le service à la clientèle d’Air Canada évoquant alors des raisons de sécurité pour justifier cette décision.

Air Canada refuse de lui faire lire sa politique

N’en croyant pas ses oreilles, elle a voulu voir la politique en question, mais on le lui aurait refusé. Une fois assise dans l’avion, derrière son fils, elle est revenue à la charge, disant qu’il lui serait difficile d’aider son fils à manger ou à aller aux toilettes, étant donné que les grands sièges de la classe affaires ne lui permettaient pas de voir son enfant.

Selon ses dires, elle a été respectueuse malgré son insistance à obtenir des réponses et Air Canada, toujours selon Global News, n’a pas prétendu qu’elle avait été impolie ou qu’elle avait perturbé la période d’embarquement du Boeing 787.

C’est alors que le capitaine de l’avion est venu dire à Mme Morton, de façon catégorique selon elle, qu’elle devait quitter l’appareil avec son fils. Leur discussion, au cours de laquelle l’officier lui aurait dit qu’elle n’avait pas le droit de poser des questions sur la politique, a duré à peine une quinzaine de secondes.

Air Canada a soutenu en entrevue avec Global News que la politique en classe affaires veut que les parents soient assis derrière leur enfant.

“Nos règles exigent qu’un enfant voyageant en classe affaires s’assoie devant son parent ou son tuteur pour des raisons de sécurité, en particulier pour l’aider à installer un masque à oxygène de façon appropriée”, a dit Peter Fitzpatrick, porte-parole du transporteur canadien.

“Comme la cliente a refusé d’accepter cette exigence après des explications répétées, nous n’avons malheureusement pas été en mesure de transporter la dame et son fils, pour des raisons de sécurité”, a souligné le représentant d’Air Canada.

Et pourtant, selon l’organisme Air passenger rights, qui a passé au peigne fin la politique d’Air Canada, il est dit que “les enfants de moins de 8 ans doivent être accompagnés d'un adulte de 16 ans ou plus lorsqu'ils voyagent.

De plus, précise-t-on: ‘L'adulte accompagnateur doit occuper un siège dans la même cabine et être assis à côté du jeune enfant’.