/news/consumer
Navigation

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue

L’ex-vin chouchou des Québécois ne figure plus parmi les 50 produits les plus vendus

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Comme chaque année, l’étude des crédits budgétaires à l’Assemblée nationale est l’occasion, grâce aux questions des députés, d’obtenir une foule d’informations en provenance des sociétés d’État, comme ce fut notamment le cas cette semaine avec la Société des alcools du Québec (SAQ). En vrac, voici quelques éléments intéressants que nous avons relevés et qui n’ont pas été discutés.

Les alcools québécois plus populaires que jamais

Après les hausses importantes des ventes de vins québécois observées au cours des dernières années, encouragées entre autres grâce au programme Origine Québec, on remarque cette année une augmentation significative des ventes de spiritueux québécois.

Selon les résultats préliminaires fournis par la SAQ, les ventes brutes de spiritueux locaux sont passées de 33,5 M$ l’an dernier à près de 38 M$. Dans cette catégorie, les gins québécois sont une véritable « locomotive », a relaté en chambre le PDG de la SAQ, Alain Brunet.

« On a rejoint la grande tendance mondiale des spiritueux artisanaux », a-t-il observé, en faisant valoir que les spiritueux québécois se démarquent plus que jamais et sont de plus en plus prisés ailleurs dans le monde.

Après des années de croissance, les ventes brutes de vins québécois sont passées de 9,8 M$ l’an dernier à 9,5 M$, et cela, même s’il s’est vendu 20 000 bouteilles de plus, pour atteindre 585 101 bouteilles en 2018.

Les produits les plus populaires

L’époque où le très sucré Ménage à trois trônait parmi les produits les plus populaires à la SAQ semble être révolue. En effet, le produit ne figure même plus sur la liste des 50 produits les plus vendus par la société d’État. En première position, on retrouve maintenant le sauvignon blanc néo-zélandais Kim Crawford, qui se détaille à près de 20 $, détrônant ainsi le Red Revolution, un vin rouge californien importé en vrac, qui recule au 8e rang.

1. Sauvignon blanc Kim Crawford Marlborough

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin blanc
  • Prix au 31 mars 2018 : 19,90 $
  • Variation avec 2017 : + 0,35 $

2. Captain Morgan Original Spiced

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Rhum épicé ambré
  • Prix au 31 mars 2018 : 39,75 $
  • Variation avec 2017 : 0,00 $

3. Baileys l’original

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Boisson à la crème irlandaise
  • Prix au 31 mars 2018 : 39,75 $
  • Variation avec 2017 : 0,00 $

4. Bù Splendido

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin blanc
  • Prix au 31 mars 2018 : 14,90 $
  • Variation avec 2017 : + 0,20 $

5. Smirnoff triple distillation

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vodka
  • Prix au 31 mars 2018 : 34,75 $
  • Variation avec 2017 : 0,00 $

6. Umberto Cesari Liano Sangiovese /Cabernet-Sauvignon

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin rouge
  • Prix au 31 mars 2018 : 26,60 $
  • Variation avec 2017 : + 0,05 $

7. Wallaroo Trail Bin 212

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin rouge
  • Prix au 31 mars 2018 : 13,70 $
  • Variation avec 2017 : + 0,25 $

8. Red Revolution

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin rouge
  • Prix au 31 mars 2018 : 14,10 $
  • Variation avec 2017 : + 0,25 $

9. Smoky Bay

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin rouge
  • Prix au 31 mars 2018 : 12,90 $
  • Variation avec 2017 : + 0,20 $

10. Wallaroo Trail lot 313

SAQ: l’époque du Ménage à trois est révolue
Photo courtoisie
  • Vin blanc
  • Prix au 31 mars 2018 : 13,70 $
  • Variation avec 2017 : + 0,25 $

Un pdg à un demi-million de dollars

La rémunération totale du PDG de la Société des alcools du Québec, Alain Brunet, frôle maintenant le demi-million de dollars, en incluant ses bonis et autres avantages.

Le patron de la SAQ, Alain Brunet.
Photo Agence QMI, Simon Clark
Le patron de la SAQ, Alain Brunet.

Lorsque M. Brunet est entré en poste, en 2014, sa rémunération avait été fixée au même niveau que celle de son prédécesseur, Philippe Duval, soit à 361 076 $. Il avait également touché 8128 $ en bonis, plus 11 818 $ en avantages autres, comme des rabais sur les achats d’alcool, la voiture de fonction, etc.

L’an dernier, M. Brunet a gagné une rémunération totale de 483 517 $, ce qui inclut un boni de 61 510 $ et son salaire de 410 067 $. Son salaire de base, pour sa dernière année de mandat, a été fixé à 419 704 $.

En 2016-2017, la société d’État a versé une somme totale de 657 662 $ en bonis à son PDG et à ses vice-présidents, comparativement à 554 758 $ en 2015-2016 et 466 035 $ en 2014-2015.

« La hausse [...] des bonis pour les cadres est tout simplement injustifiable, quand on sait que la SAQ est un monopole public qui n’a pas de compétition »

– Député André Villeneuve, porte-parole du Parti québécois pour la SAQ