/news/politics
Navigation

La chef échappe à un vote de confiance pour l'instant

Les propositions ont été battues par un vote très serré

GEN-MARTINE-OUELLET-BLOC-QUEBECOIS
Photo Agence QMI, Andréanne Lemire La chef du Bloc québécois Martine Ouellet a échangé avec des militants , dimanche.

Coup d'oeil sur cet article

DRUMMONDVILLE | La chef du Bloc québécois ne sera pas soumise à un vote de confiance dès la mi-mai, comme le souhaitaient ceux qui voulaient lui montrer la porte.

« Je pense que c’est gagnant pour l’ensemble du parti. C’est ça, la démocratie interne », a déclaré Martine Ouellet, victorieuse, après avoir remporté plusieurs votes au conseil général du Bloc québécois de Drummondville, dimanche.

Mme Ouellet restera donc en poste au moins jusqu’au 3 juin, soit après un vote de confiance déjà prévu auprès des membres qui sera doublé d’un « référendum » sur l’orientation souverainiste du parti.

Confiance

Dimanche matin, rien ne semblait acquis pour la chef du Bloc. Une quarantaine de présidents de circonscriptions opposés à Martine Ouellet proposaient de hâter le vote de confiance, de fixer la barre à atteindre à 75 % du vote et d’empêcher la chef d’utiliser l’argent du parti pour faire sa promotion dans le mois qui vient.

Ces propositions ont été battues, certaines par un vote très serré et à l’issue de débats houleux.

« On ne peut pas toujours gagner [mais] c’est un peu dur à prendre », a lâché le président du parti, Mario Beaulieu, qui a désavoué Martine Ouellet. Il n’exclut pas de quitter le caucus pour devenir le 8e démissionnaire du Bloc.

« Les insatisfaits devront se rallier ou quitter », analyse pour sa part l’ex-chef, Gilles Duceppe.

Crise

Ce conseil général du Bloc survient après le départ de sept des 10 députés de son parti, le désaveu du président du Bloc Mario Beaulieu et l’envoi de mises en demeure de Mme Ouellet contre TVA et Radio-Canada.

Lors de son discours, Martine Ouellet a vilipendé les députés démissionnaires à Ottawa, l’ancien chef Gilles Duceppe et même les médias, qu’elle accuse de transmettre de fausses nouvelles à son sujet.

« Des fois, on entend dans les médias des histoires inventées. Des fake news. Des fois, on ne devrait pas s’inspirer de ce qui se passe au sud de la frontière », a-t-elle accusé.

Les délégués ont aussi accepté d’entendre en juin la proposition de l’aile jeunesse de « refonder » le Bloc sous un nouveau nom et une nouvelle plateforme.