/news/health
Navigation

Une députée veut modifier la procédure de dons d’organes

Diane Lamarre
Photo Pierre-Paul Poulin Diane Lamarre, députée du PQ

Coup d'oeil sur cet article

Une députée propose de modifier la procédure pour que les gens signent leurs cartes d’assurance maladie seulement s’ils ne veulent pas être prélevés plutôt que l’inverse, comme c’est le cas présentement, mais Transplant Québec a des doutes sur cette façon de faire.

Diane Lamarre, porte-parole du Parti québécois en matière de santé et d’accessibilité aux soins, a accepté de parrainer une pétition en ce sens. Celle-ci a été déposée jeudi dernier à l’Assemblée nationale et récoltait près de 200 signatures hier soir.

« On a encore des actions plus concrètes à poser. [...] On doit se demander si on fait vraiment tout ce qui est possible dans un pays développé pour éviter des morts », estime Mme Lamarre, en citant le cas de l’Espagne, où le nombre de donneurs est deux fois plus élevé qu’au Québec. « Ça doit se faire en tout respect, car la famille doit toujours avoir le dernier mot », ajoute-t-elle en précisant qu’il ne s’agissait pas d’une position officielle de son parti.

Transplant Québec doute

Le directeur général de Transplant Québec doute des effets positifs de cette mesure. « Il y a énormément d’efforts qui ont été faits pour dire à la population “faites connaître votre volonté”. Si on change de modèle, il faudra l’expliquer bien et on a vu des pays où ça a eu l’effet contraire », avait indiqué Louis Beaulieu dans une entrevue accordée dans le cadre de la Semaine nationale de sensibilisation au don d’organes.

« Ça pourrait avoir des plus, mais il faudrait faire attention de penser que ça va régler tout », avait-il ajouté.