/news/society
Navigation

[VIDÉO] Le terrain d'une résidence aux allures de dépotoir

Coup d'oeil sur cet article

SAGUENAY – Une résidence située en plein coeur du centre-ville de Chicoutimi dérange le voisinage. Les occupantes qui sont arrivées en 2011 accumulent sans cesse des objets sur leur terrain. C’est un décor qui a des allures de dépotoir.

Des ustensiles de cuisine, des chaises, des morceaux de bois et des tonnes de briques: ce sont ces objets qui se trouvent un peu partout autour de l'immeuble de la rue Sainte-Anne à Chicoutimi.

La résidence est située juste à côté d'une garderie.

«J'ai des parents qui ont décidé de ne plus venir porter leurs enfants chez moi, tellement que le décor était dégoûtant», a expliqué la propriétaire de la garderie.

Lucille Darveau, l'une des propriétaires de la résidence, a indiqué: «On le sait que ça fait longtemps que les voisins critiquent, mais ce n'était pas comme ça avant. C'est cette année que ça a commencé».

Pourtant une équipe de TVA Nouvelles avait constaté l'accumulation en 2011. Selon les voisins, la situation n'a fait qu'empirer depuis.

Le quartier perd de plus en plus de valeur, selon d’autres résidents. «Dans quelques années, je vais vendre ma maison. Je me demande comment je vais faire. Ce n’est pas vendable du tout ici. Honnêtement, ça ressemble à une cochonnerie [...] C'est dégoûtant!»

Un autre résident de la rue Sainte-Anne affirme que ces dames vont parfois jusqu'à prendre des objets qui étaient destinés à la collecte des ordures.

Pour Lucille Darveau, pas question de jeter quoi que ce soit. «[Les gens mettent] ce qu'ils veulent sur leur terrain. On paye assez cher de taxes qu'on peut faire ce qu'on veut sur notre terrain. Les voisins ne sont pas corrects. On se mêle pas de leurs affaires, qu'ils ne se mêlent pas des nôtres.»

La Ville a reçu plusieurs plaintes dans les dernières années. Elle a effectué plusieurs inspections et donné des constats d'infractions. Malgré tout, la Ville demeure impuissante.

«Peu importe [...] nous devons avoir la collaboration des gens qui habitent la résidence. Si on ne l'a pas, notre pouvoir d'intervention est relativement limité», a expliqué le porte-parole de la Ville de Saguenay, Jeannot Allard.

Le seul espoir pour les voisins c'est que la maison soit un jour vendue. Mais pour l'instant, aucun acheteur ne s'est manifesté.