/news/education
Navigation

Les professeurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières en lock-out

Les professeurs de l'Université du Québec à Trois-Rivières en lock-out
Capture d'écran, Google Maps

Coup d'oeil sur cet article

L'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) a décrété un lock-out visant ses 445 professeurs, qui devront cesser d'enseigner dès mercredi, a annoncé le recteur Daniel McMahon mardi soir.

M. McMahon a affirmé avoir pris sa décision «devant l’impasse du processus de négociation [entre les professeurs et la direction] sur plusieurs enjeux importants, dont les salaires, le plancher d’emploi et la tâche».

«Cette décision était devenue impérative afin de protéger la capacité de notre université de remplir sa mission, tout en préservant la qualité de l’enseignement et de la recherche», a ajouté le recteur dans un communiqué.

Selon Daniel McMahon, l'UQTR se trouve dans une situation financière précaire, avec un déficit anticipé de 10,7 millions $ pour l'année 2017-2018. Il espère parvenir à redresser les finances de l'université «sans suppression ni compression des ressources humaines sur le plan des effectifs actuels», mais demande pour cela «la compréhension et la collaboration de toutes et de tous.»

En raison du lock-out, les cours offerts par les professeurs de l'UQTR seront mis en veilleuse. Par contre, ceux offerts par les chargés de cours se poursuivront comme à l'habitude.

La convention collective des professeurs de l'UQTR est échue depuis le 31 mai 2017. Depuis, le syndicat et la direction de l'université ne sont pas parvenus à s'entendre sur les modalités d'un nouveau contrat de travail, malgré la présence d'un conciliateur du ministère du Travail depuis janvier.

En réaction, le ministère du Travail a nommé un médiateur, Gilles Lachance, pour tenter de faire débloquer les négociations. «J'invite maintenant les parties concernées à en venir à une entente négociée le plus rapidement possible», a exprimé la ministre du Travail, Dominique Vien, par communiqué.