/portemonnaie/job
Navigation

Pourquoi fêtons-nous les travailleurs le 1er mai?

Pourquoi fêtons-nous les travailleurs le 1er mai?
Crédit: Unsplash

Coup d'oeil sur cet article

Le 1er mai est partout dans le monde la fête des travailleurs. Fériée dans plusieurs pays, mais pas en Amérique du Nord, cette journée symbolise d’abord une lutte pour les conditions ouvrières à travers le monde occidental.

Un siècle de luttes

Tout commence au XIXe siècle. L’industrialisation bat son plein, les travailleurs sont exploités, font des journées de 10 à 15 heures par jour six jours par semaine, les enfants travaillent dans des conditions mortifères et la misère peuple les foyers.

Le capitalisme est dans sa phase d’expansion agressive. On n’est pas encore à l’ère de la société de consommation et l’opulence est réservée aux milieux très privilégiés. Les autres vivent du strict nécessaire, ou moins que ça.

Dans ces conditions, une défense philosophique, sociale et politique se développe. C’est le socialisme sous toutes ses facettes, de l’anarchisme au communisme, de Proudhon à Marx,  qui tente d’organiser les ouvriers.

Les remous sociaux se multiplient partout en Europe, réprimés par les forces de l’ordre sous la pression du gouvernement et des industriels.

Pourquoi fêtons-nous les travailleurs le 1er mai?
Commune de Paris, 1871 - Wikimedia Commons

La Commune de Paris, par exemple, bouleverse la France en 1871 dans une insurrection ouvrière.

Pendant deux mois, la ville est autonome aux mains du peuple jusqu’à ce que les troupes fidèles au gouvernement remettent l’ordre en une semaine, tuant avec les fusils de l’époque plus de 20 000 hommes, femmes et enfants.

Aux États-Unis, les immigrants anarchistes arrivent pour travailler dans les mines et les usines dans des conditions tout aussi difficiles.

Dans les années 1880, le mouvement ouvrier s’organise pour demander la diminution des heures travaillées. Ils militent pour une journée de huit heures, soit 48 heures par semaine.

Premier mai 1886

Le premier mai 1886, les leadeurs anarchistes décident d’organiser une grande manifestation qui réunit 340 000 travailleurs partout aux États-Unis, en particulier à Chicago. C’est les évènements qui ont suivi cette journée que l’on commémore.

La police charge les manifestants pacifiques, il y a un mort et des blessés.

En réponse, le mouvement organise une autre manifestation de contestation le 4 mai 1886 au Haymarket Square à Chicago.

Pourquoi fêtons-nous les travailleurs le 1er mai?
Haymarket Square, 1886 - Wikimedia Commons

Après un déroulement paisible, les gardiens de l’ordre débarquent pour disperser les insurgés, une bombe est lancée sur les policiers du milieu de la foule. Ces derniers chargent et tirent sur les contestataires.

Une chasse aux sorcières est lancée, on arrête des anarchistes, certains sont emprisonnés, d’autres pendus. Ces morts ébranlent le mouvement ouvrier à travers le monde et provoquent des émeutes.

Plus tard, on apprendra que les évènements de Haymarket Square avaient été fomentés par le chef de la police de Chicago pour justifier la répression des anarchistes.

En hommage symbolique, les travailleurs célèbrent leur lutte le 1er mai.

Les revendications d’aujourd’hui au Québec

Pourquoi fêtons-nous les travailleurs le 1er mai?
JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Au Québec, même si la date n’est pas fériée, les syndicats manifestent conjointement et font valoir leurs réclamations.

Cette année, les syndicats manifesteront aujourd'hui sous le slogan "Pour le Québec qu'on veut" et auront les revendications suivantes:  

  • Des services publics de qualité, accessibles et gratuits.
  • Un régime d’assurance-médicaments public et universel.
  • Une lutte contre les changements climatiques.
  • Une fiscalité juste où chacun paie sa part.
  • Des ressources humaines et financières nécessaires en éducation et en santé.
  • Des emplois de qualité pour vivre décemment.
  • Une société ouverte à la diversité.
  • Un mouvement syndical fort.
  • Une meilleure conciliation travail-étude-vie personnelle.
  • Des emplois sécuritaires.
  • De bonnes retraites.
  • De bonnes conditions de travail, partout.
Suivez-nous sur
les réseaux sociaux