/news/currentevents
Navigation

Le cofondateur de MusiquePlus acquitté de viol

Le cofondateur de MusiquePlus acquitté de viol
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

Le producteur de musique Pierre Marchand a été acquitté mercredi des accusations de délits sexuels sur une mineure qui pesaient contre lui, la poursuite ayant décidé de ne pas présenter de preuve.

« C’est avec grand soulagement que j’ai reçu la décision du tribunal [...]. Je peux maintenant tourner la page et tenter de mettre derrière moi les huit derniers mois », a lancé l’homme de 60 ans à sa sortie du palais de justice de Laval.

La Couronne a indiqué au juge Serge Cimon qu’elle ne présenterait pas de preuve, mercredi matin, à l’ouverture du procès. Le magistrat a donc décidé de gracier l’accusé et d’annuler les procédures judiciaires.

Bonne conduite

« En prenant en considération les intérêts légitimes de la plaignante, qui a été rencontrée plusieurs fois, et des engagements de M. Marchand, le DPCP a décidé de ne pas déposer la preuve », a expliqué le porte-parole du Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP), Jean-Pascal Boucher.

En vertu d’une entente entre la Couronne et la défense, M. Marchand s’est entre autres engagé à garder une bonne conduite et à ne pas entrer en contact avec la plaignante, et ce, pour une période de trois mois.

Il espère maintenant retrouver une vie normale.

« Vous comprendrez certainement que l’épisode qui se termine [...] a été pénible pour moi, ma famille et mon entourage immédiat », a-t-il déclaré.

Accusations

Le cofondateur de MusiquePlus a été accusé en 2017 de délits sexuels à l’encontre d’une mineure, dont celui de viol.

Il était également accusé d’attentat à la pudeur, d’avoir eu des rapports sexuels avec une personne du sexe féminin âgée de 14 à 16 ans, et de grossière indécence.

Les faits remonteraient aux années 1980, alors que M. Marchand était dans la vingtaine.

Pierre Marchand avait lui-même confirmé, en septembre dernier, qu’une accusation de nature sexuelle avait été déposée contre lui, mais il avait nié catégoriquement les allégations de la plaignante.

– Avec l’Agence QMI