/news/politics
Navigation

Culture du cannabis à domicile: l’opposition fédérale accuse Ottawa de marcher sur les pieds du Québec

Culture du cannabis à domicile: l’opposition fédérale accuse Ottawa de marcher sur les pieds du Québec
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Redoutant un affrontement constitutionnel, l’opposition fédérale a unanimement dénoncé jeudi le refus du gouvernement Trudeau de reconnaître l’autorité des provinces à légiférer sur la culture de marijuana à domicile.

«On s’en va vers une chicane constitutionnelle! Comme si on avait besoin de ça», s’est insurgé le député conservateur Gérard Deltell.

Il réagissait aux propos tenus plus tôt dans la journée par le premier ministre du Canada, qui a balayé du revers de la main les appels du Québec et du Sénat à être à l’écoute des provinces.

«L’approche qu’on a préconisée et qu’on met de l’avant dans la loi fédérale, c’est la bonne, et on va s’attendre à ce que les gens la suivent», a déclaré Justin Trudeau en conférence de presse au Parlement jeudi.

«Mépris» de la part d’Ottawa

Le ministre québécois Jean-Marc Fournier s’est inquiété la semaine dernière des discordances entre la loi fédérale et la loi québécoise. Il a demandé au Sénat, qui étudie actuellement le projet de loi C-45, de préciser que le Québec a bel et bien le droit d’interdire la présence de tout plant de pot à la maison, alors que le fédéral veut en permettre jusqu’à quatre.

L’intransigeance du fédéral a mis le feu aux poudres dans les rangs de l’opposition. Le député néodémocrate Alexandre Boulerice a carrément accusé Ottawa de «mépriser» les provinces. «M. Trudeau, après avoir promis un fédéralisme coopératif, s’amuse à piler sur les orteils de tout le monde», a-t-il déploré.

Le Groupe parlementaire québécois (GPQ) et le Bloc québécois ont tous deux dénoncé une intrusion dans les compétences provinciales.

«On ne peut certainement pas accuser Jean-Marc Fournier d’être un méchant souverainiste. C’est un fédéraliste convaincu et, quant à lui, le dossier relève de Québec», a affirmé le député du GPQ, Rhéal Fortin.

Le Sénat du côté des provinces

Le comité des affaires juridiques et constitutionnelles du Sénat a apporté de l’eau au moulin du ministre Fournier mercredi en déposant un rapport qui recommande d’interdire la culture à domicile. Le même document demande à ce «que le projet de loi C-45 soit modifié pour préciser l'autorité des provinces et territoires à légiférer» sur cette question.

En dépit de ces voix qui s’élèvent, le premier ministre canadien a martelé que sa décision de permettre un nombre limité de plants de marijuana à domicile était «basée sur les faits, les données, les recommandations d’experts» et qu’il ne changerait pas de cap.