/news/society
Navigation

Un influent néonazi montréalais se fait démasquer

Un influent néonazi montréalais se fait démasquer
Capture d'écran

Coup d'oeil sur cet article

Un des néonazis les plus influents en Amérique du Nord réside à Montréal et dirige un groupe suprémaciste blanc basé dans la métropole, révèle une enquête du quotidien The Gazette publiée jeudi matin.

Zeiger, dont le vrai nom serait vraisemblablement Gabriel Sohier Chaput, est l’un des plus importants collaborateurs du Daily Stormer, un site web d’actualités d’extrême droite qui attire plus de 80 000 visiteurs uniques par mois. Cette plateforme qui propage des idées racistes, antisémites, misogynes et homophobes vise surtout les jeunes et sert d'outil de radicalisation.

Le Montréalais a un CV bien garni dans le monde de l’extrémisme. Il a participé au rallye suprémaciste blanc de Charlottesville qui a mené à la mort d’une militante antiraciste, a modéré un forum de discussion et de recrutement extrémiste et a même écrit et numérisé des ouvrages portant sur son idéologie.

Une enquête de TABLOÏD s’était d’ailleurs penchée sur son cas en décembre dernier.

Résident de Rosemont

Bien qu’il se soit établi comme une figure importante chez les néonazis nord-américains ces dernières années, la véritable identité de Zeiger est jusqu’à maintenant restée inconnue.

C’est en collaborant avec des militants antifascistes que The Gazette a pu déterminer que Gabriel Sohier Chaput, un consultant informatique dans la trentaine, serait la personne qui se cache derrière le pseudonyme de Zeiger.

Un influent néonazi montréalais se fait démasquer
Capture d'écran

Il résiderait dans un appartement de l’arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, lieu qui aurait également servi de point de rendez-vous pour le groupe néonazi local qu’il dirige, selon des documents consultés par The Gazette.

Le groupe aurait été actif entre août 2016 et janvier 2018 et comptait une quinzaine de membres qui se seraient vantés en ligne d’avoir battu des militants antifascistes et d’avoir apposé des autocollants nazis dans le métro.

Depuis la publication du reportage de The Gazette, Zeiger a effacé les photos de lui à visage découvert qui se retrouvaient sur ses profils Soundcloud et Google +. Il n’avait vraisemblablement aucune autre présence sur les réseaux sociaux sous sa vraie identité.