/news/transports
Navigation

Camillien-Houde: un autre cimetière monte au créneau

Deuil décès cimetière
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

Après le cimetière Notre-Dame-des-Neiges, c’est au tour de la direction du Cimetière Mont-Royal de joindre sa voix à celles qui déplorent la fermeture la voie de transit Camillien-Houde, cet été.

Le directeur général des Services Commémoratifs Mont-Royal a indiqué en entrevue au quotidien «The Gazette» que l’administration municipale ne réalise pas à quel point son projet pilote va affecter les cimetières sur la montagne.

Dans le cadre de ce projet pilote, la circulation de transit sera interdite dès le 2 juin sur une portion d’environ 500 mètres, et ce, jusqu’en octobre. La circulation sera permise pour les piétons, les véhicules d’urgence, les autobus, les vélos et les véhicules de fonction. L'accès au parc du mont Royal sera permis pour les automobilistes et les stationnements demeureront accessibles.

Pour sa part, Montréal assure que deux arrêts d’autobus seront ajoutés devant l’entrée du cimetière sur le chemin Remembrance et que les cortèges funéraires pourront toujours emprunter le chemin pendant le projet pilote, tout comme les véhicules d’urgence et les autobus.

«Il y a une tendance à sous-estimer l'activité des cimetières», estime David Scott, le directeur général de Services commémoratifs Mont-Royal. Selon ce dernier, les cortèges funéraires ne représentent qu’une toute petite fraction du trafic qui arrive au cimetière.

«La grande majorité des voitures, même pour les funérailles, ne viennent pas en cortèges», a-t-il souligné.

«Nous serions favorables au statu quo en ce qui concerne l'accès de l'est et de l'ouest, a-t-il déclaré. Mais nous serions certainement en faveur de mesures visant à améliorer la sécurité des cyclistes.»

Sur son site internet, la direction du Cimetière Mont-Royal avise le public «qu’elle prendra toutes les mesures possibles pour s'assurer qu’un accès facile au Cimetière continuera d'être possible pour visiter ses proches ou pour assister aux services funéraires dans le Complexe Funéraire Mont-Royal».

Plutôt cette semaine, c’est le cimetière Notre-Dame-des-Neiges qui est monté au créneau. En entrevue à TVA Nouvelles, Miguel Castellanos, curé de la basilique Notre-Dame et président du conseil d’administration de la Fabrique de la paroisse de Notre-Dame de Montréal, qui gère la basilique et le cimetière, s’est dit préoccupé pour les familles endeuillées.

«Il est malheureux que le projet pilote soit un obstacle de plus pour les familles fragilisées», a affirmé M. Castellanos.