/finance/business
Navigation

Il veut que les producteurs de pot s’aident

Stéphane Papineau, Entrepreneur
Photo courtoisie Stéphane Papineau, Entrepreneur

Coup d'oeil sur cet article

Un homme d’affaires de Laval veut créer un réseau d’entraide entre les rares producteurs de pot québécois pour faire face aux gros joueurs du Canada anglais, car il considère « que le marché du cannabis est en train de nous glisser entre les mains ».

« Il faut commencer à mettre de l’argent collectivement dans nos projets parce que le Québec inc. ne nous aidera pas. À Toronto, ils ont eu plus de chance avec leur communauté d’affaires », dit Stéphane Papineau, propriétaire de Québec Gold Marijuana.

Six québécois

Parmi les 104 détenteurs de licence au pays, à peine six sont québécois et trois d’entre eux ont déjà vendu leurs actifs à des intérêts d’autres provinces.

« Si ça continue, je vais faire la même chose. J’ai reçu trois offres dans les dernières semaines. En ce moment, il y a quelques noms qui sont en train d’émerger et aucun n’est québécois. C’est David contre Goliath », indique celui qui a le droit de produire du cannabis thérapeutique depuis décembre, près de cinq ans après avoir commencé les démarches auprès de Santé Canada.

« Le permis, c’est ce qui prend plus de temps. D’où l’importance de se rassembler pour donner des conseils aux jeunes qui veulent percer le marché. Si on travaille chacun de son bord, on va se faire manger », tranche M. Papineau.

Aucune aide

« Je lui souhaite de réussir. Si j’avais reçu de l’aide des fonds d’investissement et des banques, je n’aurais sûrement pas vendu », laisse entendre Yan Dignard qui a vendu sa jeune entreprise, Agro Bio-Tech, pour 90 M$ au producteur de la Colombie-Britannique Emerald Health Therapeutics la semaine dernière.

Le Fonds de solidarité de la FTQ, la Caisse de dépôt et placements et Investissement Québec se refusent à investir dans cette industrie dont le potentiel est estimé entre 5 et 9 milliards, selon une étude de la firme Deloitte en 2016.

« C’est le temps qu’on se réveille. Dans un an, il va être trop tard », lance Stéphane Papineau.