/news/green
Navigation

Le projet d'entente concernant la rivière Moisie ne fait pas l'unanimité

rivière Moisie
PHOTO AGENCE QMI ET LE NORD-EST, MARTIN BÉLANGER

Coup d'oeil sur cet article

Le projet d’entente entre le gouvernement du Québec et le Conseil de bande d’Uashat mak Mani-Utenam au sujet de la rivière Moisie, sur la Côte-Nord, ne fait pas l’unanimité.

Cette entente, dont TVA Nouvelles a obtenu copie, vise à baisser la tension qui a régné sur la rivière l’an dernier.

L’entente qui sera signée au cours des prochaines semaines entre quatre ministères du gouvernement du Québec et le Conseil de bande prévoit des mesures pour faciliter l’accès à la rivière par les Innus (pêche d’alimentation), intensifier la participation de ces derniers à la protection de la rivière et un soutien financier pour l’acquisition d’une pourvoirie par les Innus dans les plus brefs délais.

Si cette entente répond en partie aux demandes formulées par le Conseil, elle ne fait pas l’unanimité.

Des Innus considèrent que sa portée est insuffisante et que le Conseil de bande devrait réclamer la gestion complète de la rivière.

Le conseiller Jonathan St-Onge qui était à la première ligne des manifestations l’an dernier s’est fait retirer ce dossier par le chef Mike McKenzie.

Il dénonce un manque de consultation de la communauté

«Nous, on demande de pêcher à la grandeur de la rivière Moisie. Je ne veux pas dire à la population: «vous avez le droit de pêcher de tel millage à tel millage». Les Innus ont le droit de pêcher où ils veulent. Nous, on a toujours respecté le saumon et l’aménagement autour. Ça fait des millénaires qu’on gère la rivière.»

Le Conseil de bande d’Uashat mak Mani-Utenam n’a pas voulu commenter le projet d’entente. Son porte-parole a indiqué que la population de la communauté sera consultée sous peu. Le conseiller Jonathan St-Onge promet d’occuper la rivière comme l’an dernier.

«Moi, cet été, je vais être présent à la rivière Moisie, surtout au club Adams, là où sera la lutte la plus longue.»