/news/society
Navigation

Le salaire des mères malmené après la naissance de l’enfant

La maternité nuit à l’égalité entre les hommes et les femmes, selon une chercheuse

La chercheuse Marie-Mélanie Fontaine, de l’Université du Québec à Montréal, a présenté une étude percutante sur les faibles revenus des mères, mardi, au congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).
Photo Nicolas Lachance La chercheuse Marie-Mélanie Fontaine, de l’Université du Québec à Montréal, a présenté une étude percutante sur les faibles revenus des mères, mardi, au congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS).

Coup d'oeil sur cet article

NDLR : Des centaines de chercheurs québécois présentent cette semaine le fruit de leurs découvertes au 86e congrès de l’Association francophone pour le savoir (ACFAS), qui se tient à l’Université du Québec à Chicoutimi.


SAGUENAY | La maternité a un effet négatif à très long terme sur le salaire des femmes, qui s’appauvrissent aussi deux fois plus lors d’une séparation, révèle une nouvelle étude.

À la naissance d’un premier enfant, le salaire des Québécoises chute de 40 % contrairement à celles qui repoussent la maternité, révèle l’étude de Marie-Mélanie Fontaine, de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), présentée mardi lors du congrès de l’ACFAS.

En moyenne, il s’agit d’une différence de 7000 $. Et l’écart de salaire augmente selon le nombre d’enfants.

L’écart s’explique en partie par le salaire amputé lors du congé de maternité.

Toutefois, grâce aux données de l’Étude longitudinale et internationale des adultes (ELIA), Mme Fontaine a calculé que les femmes doivent attendre plusieurs années avant de gagner à nouveau un salaire équivalant à celui qu’elles avaient avant l’accouchement.

À l’opposé, le salaire des nouveaux pères ne diminue pas et continue au contraire de croître malgré l’ajout d’un enfant au cercle familial. « Paradoxalement, les pères ont des revenus plus élevés que les hommes sans enfant », indique la chercheuse de l’UQAM.

Ainsi, la maternité nuit à l’égalité entre les hommes et les femmes, selon la chercheuse.

« Cela vient accroître l’iniquité entre les sexes », explique Marie-Mélanie Fontaine, qui admet avoir été grandement surprise par la différence de la trajectoire des revenus entre les hommes et les femmes lorsqu’ils deviennent parents.

Plusieurs raisons

Des responsabilités familiales, la discrimination des employeurs et la baisse de la disponibilité des services de soins aux enfants peuvent expliquer l’écart de revenu.

« Après la naissance de l’enfant, les futures mères vont se diriger vers des emplois plus flexibles, qui tiennent compte des besoins familiaux, mais qui sont aussi moins bien rémunérés », explique Mme Fontaine.

Au Québec, les écarts se résorbent après environ 4 ans et après environ 11 ans au Canada. Les politiques familiales plus avantageuses au Québec expliqueraient cette différence.

Séparations coûteuses

Par ailleurs, au moment d’un divorce, le taux de pauvreté double chez les mères de famille et il peut prendre de 7 à 10 ans pour que leurs conditions reviennent à la normale.

« Ce n’est pas le cas pour les hommes », expose Mme Fontaine dans une seconde étude. Oui, le taux de pauvreté augmente chez les hommes également, mais de manière beaucoup moins prononcée. De plus, les hommes retrouvent rapidement un niveau de vie respectable.

L’étude observe une diminution du revenu familial chez la femme à la suite du divorce, et ce, même si le revenu de base augmente légèrement.

« La majeure partie du temps, les femmes ont la garde des enfants », explique l’experte.

 

Des écarts de salaire importants

Moyenne de l’écart des salaires entre les mères et les femmes sans enfant, selon les pays (quels que soient l’âge et le nombre d’enfants)

  • Royaume-Uni — écart en défaveur des mères de 21 % 
  • Canada-Québec — écart en défaveur des mères de 5 % à 10 % 
  • États-Unis — écart en faveur des mères de 0,4 %
  • France — écart salarial nul entre les mères et les femmes sans enfant 
  • Danemark — écart  en faveur des mères