/opinion
Navigation

«Reclubage» déguisé et manque de transparence

Coup d'oeil sur cet article

À la suite de différentes interventions médiatiques, en particulier l’article de M. Alain Tardif de l’Association des pourvoyeurs du Nord-du-Québec, paru le 5 mai dans le Journal sur l’accès à la pêche au saumon du Nord-du-Québec, Aviateurs.Québec croit nécessaire de donner une perspective un peu plus claire et impartiale sur les vrais enjeux entourant cette réglementation surprise que le gouvernement Couillard, en partenariat avec les pourvoiries du Nord, essaie de nous passer en douce.

1. Cette réglementation exige maintenant de passer par un pourvoyeur pour pêcher le saumon. Elle a pour effet de leur donner l’exclusivité complète et d’enlever à tous les Québécois le droit d’accès à ce vaste territoire qui était, jusqu’à présent, libre.

2. Les pourvoyeurs ne font effectivement aucune différence entre les plus et les moins fortunés. Mais avec un droit exclusif sur le territoire, des forfaits de $2,000 par jour et plus, un droit unilatéral de décider qui a accès à quel lieu et à quel moment, on s’entend qu’il y a là une certaine sélection qui se fait. Si ce n’est pas là un club privé, ce sera certainement un «club select». Vous pouvez bien économiser toute votre vie pour vous payer « le voyage de rêve », il y a fort à parier que vous n’obtiendrez jamais les meilleures périodes et, peut-être même, aucun accès. Nous sommes tous égaux mais, il faut se l’avouer, certaines personnes sont plus égales que d’autres. On s’entend que nous sommes loin d’un tirage au sort comme c’est la pratique pour les territoires prisés comme les réserves fauniques du Québec!

3. Ce n’est pas seulement le droit d’accès de pilotes qui vient de disparaître mais bien celui de tous les Québécois. Présentement, si vous êtes prêts à faire du camping sauvage et que nous en êtes capables, vous pouvez avec quelques amis noliser un Beaver qui vous déposera sur un site éloigné pour vivre votre voyage de rêve. À quatre ou cinq personnes vous vous en tirerez pour moins de $2,000 chaque pour la semaine; pas $2,000 par jour par personne.

Ce n’est pas donné mais c’est quand même accessible pour beaucoup de Québécois. Mais ce droit, cette nouvelle mesure vous l’a enlevé. Ce n’est pas en limitant l’accès au Nord qu’on va maximiser l’impact économique et valoriser ce vaste territoire qui nous appartient; tout au contraire.

4. C’est au nom de la gestion de la ressource qu’on essaie de faire avaler cette nouvelle réglementation aux Québécois. Les rivières du Nord sont des grands fleuves où la population de saumons est manifestement en excellente santé et les tentatives d’en faire l’inventaire sont des vœux pieux. On s’attaque à la «pêche non-contrôlée» en prétendant que la politique de remise à l’eau est bien contrôlée en pourvoirie mais incontrôlée pour les pêcheurs hors pourvoirie.

Depuis quand est-ce que ce sont les pourvoiries qui font la réglementation sur la pêche au Québec? Qui leur donne ce pouvoir? M. Tardif réfère à une demande des Inuits en vertu de la Convention de la Baie James.

Or l’obligation de passer par les pourvoyeurs fait l’objet d’un amendement à la Convention, accepté par le gouvernement du Québec en 2011, sans consultation, alors que la « ligne saumon » permettant l’auto-enregistrement des pêcheurs autonomes existait depuis 2004 et fonctionnait correctement. Où sont les faits qui montrent que les pêcheurs hors pourvoirie ne respectent pas la réglementation et menacent la ressource?

5. À tous les pêcheurs qui voient ce débat comme une bataille de riches, ne vous y méprenez pas. Ce débat vous concerne plus que vous le pensez! Pensez à tous les accès libres aux autres rivières à saumon du Québec. Eh bien, saviez-vous que vous faites aussi de la «pêche non-contrôlée»? Avec le précédent que la présente réglementation est en train de créer, pensez-vous que votre droit d’accès est garanti? Serez-vous la prochaine cible? Tous ces pêcheurs de truite du Nord-du-Québec qui pratiquent aussi la «pêche non-contrôlée» ne devraient-ils pas aussi faire l’objet d’une loi qui les obligerait à passer par un pourvoyeur afin de préserver la ressource?

Non, c’est au nom de tous les Québécois qu’Aviateurs.Québec va se battre pour défendre le droit d’accès au vaste territoire du Québec. Nous n’accepterons pas de voir le contrôle de nos lacs et rivières redonné à des petits groupes d’intérêt privés. Non au retour aux années 50!

Nous déplorons le manque de transparence du gouvernement Couillard et de l’Association des pourvoyeurs Nord-du-Québec dans ce dossier. Que l’Association des pourvoyeurs ait jugé bon de négocier ces privilèges à porte close avec le gouvernement Couillard, c’est compréhensible. C’est l’exclusivité totale des rivières à saumon du Nord-du-Québec qu’ils visaient. Mais que le gouvernement ait décidé de passer sa règlementation sans consultation et essaye de la passer en douce, c’est inacceptable.

Nous invitons tous les pêcheurs à se mobiliser et à faire savoir leur opposition à cette loi qui n’est rien de moins qu’une attaque sur votre doit d’accès au vaste territoire du Québec. Nous vous invitons à écrire votre opposition à votre député.