/opinion/blogs/columnists
Navigation

Nos auteurs

CA_Steve E. FortinCA_Marie-Eve DoyonCA_Stéphane Lessard

Marguerite Blais, une transfuge?

Marguerite Blais
© Jean-françois Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec marquera un grand coup. L’ex-ministre libérale Marguerite Blais se joindra à l’équipe de François Legault et tentera de se faire élire dans la nouvelle circonscription de Prévost dans les Laurentides, endroit où elle demeure.

Un bon coup

Si vous voulez savoir si une nouvelle fait mal aux adversaires, vous n’avez qu’à vous rendre sur les réseaux sociaux. Plus les propos sont virulents, plus la flèche a frappé droit au cœur. Les militants péquistes et libéraux tentent par tous les moyens de discréditer le choix de l’ex-animatrice vedette de se joindre à François Legault. Plusieurs qualificatifs peu flatteurs ont été utilisés par des partisans déçus par la décision de madame Blais notamment : vire-capot, manque de convictions, carriériste, etc.

Est-elle une transfuge?

À cette question, je dois vous dire que non. En effet, elle avait annoncé son départ de la vie politique le 20 août 2015. Pour moi, un transfuge c’est une personne qui s’est fait élire, qui est toujours en poste et qui décide de se retirer pour adhérer à une autre formation politique. Bien sûr, en démocratie, chacun des députés est libre de ses choix. Cependant, ce qui est malaisant quand un individu traverse la chambre, c’est que ce dernier s’était fait élire sous une bannière et que lors de l’élection, bien des électeurs avaient voté pour la personne, mais aussi pour le parti politique qu’il représentait.

Marguerite Blais n’avait plus ce devoir moral de loyauté envers le PLQ, tout comme Gaétan Barrette (candidat CAQ 2012) et Dominique Anglade (Candidate CAQ 2012 et ex-présidente) qui sont devenus des ministres seniors du gouvernement. Les libéraux sont très mal placés dans ce contexte, de déchirer leur chemise contre leur ex-collègue de Saint-Henri-Sainte-Anne.

Pas d’affinité avec Couillard

C’est assez évident, le courant ne passait pas entre Philippe Couillard et Marguerite Blais. On m’a rapporté que les relations entre M. Couillard (ministre de la Santé) et Mme Blais (ministre responsable des Aînés) étaient tendues. D’ailleurs, lors de la course à la chefferie du Parti libéral de 2012, Marguerite Blais n’avait pas appuyé monsieur Couillard, lui préférant Raymond Bachand.

N’oublions pas que madame Blais avait été évincée du Conseil des ministres, lors de la prise de pouvoir de Philippe Couillard. J’ai été très surpris que les libéraux aient tenté de la recruter récemment, considérant tous ces petits éléments.

Ce qu’apporte Marguerite à la CAQ

Marguerite Blais jouit d’une bonne réputation et d’une très grande cote d’amour du public. Elle était de loin celle qui était la plus appréciée au sein du cabinet de Jean Charest. Elle apporte à la CAQ une caution plus sociale, eux que l’on a plus tendance à voir comme axés sur l’économie.

Elle influencera certainement une partie du vote des aînés, qui est traditionnellement acquise au Parti libéral. Elle et François Paradis, député de Lévis formeront un duo de choc pour défendre cette clientèle qui, trop souvent, a été oubliée par nos élites politiques. C’est un gros coup de Legault, on ne peut le nier.