/world/europe
Navigation

[En VIDÉO] Le prince Harry et Meghan Markle sont déclarés mari et femme

Coup d'oeil sur cet article

Windsor | Le prince Harry et l’ex-actrice américaine Meghan Markle, main dans la main et visiblement émus, se sont unis samedi à la chapelle Saint George du château de Windsor, sous l’oeil du monde entier et dans la liesse populaire.

Le prince Harry, 33 ans, et son épouse, 36 ans, ont échangé leurs voeux puis les alliances, yeux dans les yeux et souriants, avant d’être déclarés mariés par l’archevêque de Canterbury Justin Welby, chef spirituel de l’Église anglicane d’Angleterre.

AFP

 

 

À l’issue de la cérémonie, qui a duré environ une heure, ils ont échangé un baiser sur les marches de la chapelle décorée de centaines de fleurs avant d’effectuer une procession en calèche dans la ville, saluant la foule en liesse venue du monde entier.

AFP
AFP
Anthony Stanley/WENN.com

 

«Ça m’a donné la chair de poule», a commenté Michelle Hammacott, une Brésilienne de 33 ans.

«C’était charmant. Toute cette pompe et cette cérémonie dont seuls les Britanniques sont capables», s’est émerveillée Jo Stevens, une Britannique de 54 ans. Un seul regret: la calèche est passée «un peu vite».

 


REVOYEZ LA CÉRÉMONIE:


 

«Prêt pour un verre»

Les nouveaux duc et duchesse de Sussex ont ensuite rejoint leurs quelque 600 invités à un déjeuner offert par la reine au château. Parmi eux, une pléiade de stars, dont le chanteur britannique Elton John, la joueuse de tennis Serena Williams, l’acteur américain George Clooney et plusieurs acteurs de la série télévisée américaine Suits, qui a révélé la jeune divorcée au grand public.

AFP
La reine Elizabeth II et la mariée.
AFP
La reine Elizabeth II et la mariée.

«Je suis maintenant prêt pour un verre», a lancé Harry, sixième dans l’ordre de succession au trône britannique, en arrivant.

 

Au menu, une sélection de mets et canapés aux accents britanniques: asperges anglaises au jambon du comté de Cumbria, langoustines écossaises ou agneau de Windsor.

AFP

 

Le clou de la réception, durant laquelle les mariés devaient chacun prononcer un discours, était un gâteau au citron et à la fleur de sureau, spécialement conçu pour le couple par la cheffe pâtissière américaine Claire Ptak.

AFP
AFP
Photo AFP

 

En l’absence de son père malade, Meghan Markle a remonté l’allée centrale de la chapelle St George seule, avant d’être rejointe à mi-chemin par son beau-père, le prince Charles. «Tu es époustouflante», lui a soufflé le prince Harry, revêtu de son uniforme militaire, à son arrivée.

Puis les époux se sont dit «oui» chacun leur tour devant la reine Elizabeth II et la mère de la mariée, la professeure de yoga Doria Ragland.

AFP

Son père a lui exprimé sa fierté et ses regrets de n’avoir pu assister au mariage. «Ma chérie est magnifique, elle a l’air très heureuse», a déclaré le septuagénaire Thomas Markle qui vit au Mexique au site d’informations people TMZ.

Sermon enflammé

Le couple est apparu complice, se tenant la main tendrement pendant le sermon enflammé du révérend Michael Curry, premier afro-américain à diriger l’église anglicane aux États-Unis.

Tranchant avec le ton compassé des cérémonies royales britanniques habituelles, il a électrisé l’atmosphère en vantant le pouvoir de l’amour, citant Martin Luther King, le défenseur des libertés civiques, et fait référence à l’esclavagisme.

 

«C’est sympa de voir quelque chose de différent. Son message était charmant et il l’a prononcé d’une manière très puissante... Mais c’était peut-être trop long pour le public britannique!», juge Kristin Glithero, 45 ans, stetson aux couleurs de l’Union Jack sur la tête.

Autres touches de modernité durant la cérémonie, la version de Ben E. King de la chanson Stand By Me entonnée par une chorale ou encore l’hymne de l’équipe de rugby du Pays de Galles. Dans les rues de la pittoresque ville de Windsor, le chant a été repris en choeur par les spectateurs, agitant des drapeaux britanniques. Ils étaient plus de 100 000, selon les autorités locales.

Secret bien gardé jusqu’au début de la cérémonie, la robe blanche de la mariée, simple et élégante, a été largement commentée. «Magnifique», «Extraordinaire!», s’est exclamée la foule en découvrant le vêtement à encolure bateau, créée par Clare Waight pour la maison de couture française Givenchy.

Meghan Markle arrive à la chapelle.
AFP
Meghan Markle arrive à la chapelle.
Meghan Markle
Photo AFP
Meghan Markle

 

«Cela fait vintage et elle est magnifique. C’est une robe intemporelle», admire la Britannique Denise Show, 46 ans. Son amie Georgina Williams, elle, n’aime pas. «Cela aurait pu être mieux», mais «elle a une si belle silhouette!».

«Je m’attendais à quelque chose de plus flamboyant, avec plus de paillettes, mais elle était magnifique», admire Elizabeth Chambers, 65 ans, du Yorkshire.

Ambiance détendue et joyeuse

Dès l’aube, les admirateurs avaient pris d’assaut les trains pour Windsor, quand ils n’ont pas campé sur place.

L’ambiance était détendue et joyeuse, entre nappes de pique-nique et bouteilles de prosecco.

Karen Long, une Américaine noire venue du Texas, est ravie que le prince ait jeté son dévolu sur une de ses compatriote, métisse de surcroît.

«Nous avons toutes voulu être une princesse, nous pensions que nous ne pourrions pas y arriver, et là voilà! Elle a brisé toutes les barrières», a-t-elle dit, tiare de pacotille sur la tête.

«Il épouse quelqu’un qui représente la société moderne», a abondé Sam Lukes, 28 ans.

Le mariage offre un moment de répit bienvenu pour les Britanniques, divisés par le Brexit, mais unis autour de la famille royale: des fêtes étaient organisées un peu partout dans le pays pour suivre la cérémonie.

«C’est vraiment une belle occasion de se réunir, et nous le faisons habituellement pour les mariages royaux, mais cette fois c’est différent, avec le climat actuel, le Brexit, les gens sont inquiets, c’est important de saisir ce moment», estime Tom Gavighan, propriétaire d’un pub à Londres.